Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:09

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 27 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 16 jours plus tard, le 12 août.

La date du 27 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

Par Misha Uzan

 

 

Collaboration entre médecins musulmans et juifs

 

Des médecins juifs, musulmans et Chaldéens ont conduit ensemble la Foire interconfessionnelle de la santé, à Détroit aux Etats-Unis.

 

Pendant près de quatre heures au Centre musulman de Detroit, les professionnels de la santé ont offert gratuitement des examens médicaux, fourni des soins et autres aides médicales pour les travailleurs pauvres de Détroit qui ne bénéficient pas de système de santé.

 

Les organisateurs ont guidé les patients, traité les urgences et mis en place des stands de renseignement pour aider ces travailleurs à trouver des organismes de service direct.

 

La foire fut la seconde collaboration en matière de santé entre le Conseil des organisations islamiques du Michigan et la communauté juive de Détroit.


Le jour de Noël dernier les musulmans de Détroit avaient également rejoint leurs concitoyens juifs pour le Mitzvah Day, leur plus grande journée annuelle de bénévolat.

 

 

 

Turquie : flottille 2010, plan B


Paysage-Turquie.jpgUn journal turc révèle le plan B d’Erdogan, le premier ministre turc, les options qu’il pourrait mettre en œuvre si Israël refusait de s’excuser pour le raid sur le Mavi Marmarra, la flottille turque pour Gaza en 2010.

 

Le journal turc Hurriyet a indiqué lundi 25 juillet qu’Erdogan patienterait encore une période indéterminée avant de passer au ‘’plan B’’. Il aurait déclaré dimanche être toujours dans l’attente d’excuses de Jérusalem. Ce ‘’plan B’’ consisterait notamment à diminuer les effectifs de l’ambassade turque en Israël. Ankara pourrait également ne pas approuver le remplacement de l’actuel ambassadeur israélien en Turquie, Gaby Levy. La Turquie avait déjà rappelé son ambassadeur au moment de la crise de la flottille.

 

Dimanche, le même journal affirmait qu’un certain rapport ‘’Palmer’’ accusait les soldats de Tsahal à bord du navire d’avoir eu ‘’l’intention de tuer’’. Ce même rapport avançait qu’Israël envisageait de donner une compensation aux familles des neuf personnes tuées sur la flottille, et de publier une déclaration déplorant la perte des vies entraînées par le raid, afin de répondre aux demandes d’excuse de la Turquie.

 

 


Des documents d’anciens nazis détruits par l’Allemagne

 

Les services secrets allemands, le BND, ont reconnu avoir détruit dans les années 90 des documents concernant le Nazi-Alois-Brunner.jpgcriminel nazi Alois Brunner et tenté de le recruter, révèle le magazine Der Spiegel. Un email envoyé à une agence française affirme que le BND aurait découvert des dossiers secrets à son sujet, qui avait mystérieusement disparu dans les années 90.

 

Brunner serait responsable de la déportation de 130 000 juifs vers des camps de concentration. Il a notamment travaillé auprès d’Eichmann et fut commandant du camp de Drancy au nord de Paris, d’où les juifs français furent déportés vers Auschwitz. Avant son arrivée en France, il a participé à la destruction des juifs de Vienne et de Salonique.

 

Brunner a été arrêté par l’armée américaine après la guerre avant de réussir à s’enfuir sous une fausse identité. Il aurait fui vers la Syrie, via l’Egypte. Brunner y est devenu ‘’conseiller spécial’’ et un proche ami du dictateur Hafez al-Hassad. Il a été blessé deux fois par des colis piégés.

 

Six pays demandent encore aujourd’hui son extradition : la France, l’Allemagne, la Pologne, l’Autriche, la République tchèque et la Grèce. Il a été jugé deux fois par contumace en France, condamné à mort en 1954 et à la prison à vie en 2001.

 

Plus personne n’a de nouvelles de lui depuis 1992, toutefois certaines informations il y a six ans affirmaient qu’il se cachait à présent au Brésil. Il aurait 99 ans s’il était encore en vie.

 

Les Haredim réclament des inspections

 

Lire aussi notre article Israël : Guéguerre administrative entre laïcs et religieux. Du sophisme religieux en politique

 

Nouvelle tension entre laïcs et religieux. Les partis religieux au gouvernement, Shas et Yaadout Hatorah, ont réclamé que des inspections, similaires à celles menées dans les yeshivots et les kolels, soient pratiquées dans les institutions laïques financées par l’Etat.

 

Itzhak CohenLe vice-ministre des finances Itzhak Cohen (Shas) a réclamé du ministère des finances des inspections sur les institutions culturelles, telles que les universités ou les écoles supérieures. Le député Israel EichlerYisrael Eichler (Yaadout Hatorah) a envoyé une lettre au ministre de l’éducation Gideon Sa’ar avec la même intention, pour réclamer que soient contrôlés les cartes d’identité des étudiants, les horaires assurés, le nombre de présents dans les universités et dans les bureaux publics financés par l’Etat pour s’assurer que tous remplissent leurs obligations.

 

La réplique orthodoxe a été déclenchée par un incident dans une Yeshiva de Bnei Brak où deux inspecteurs auraient heurté les coutumes de l’établissement. Des institutions ultra-orthodoxes ont alors refusé toute inspection dans la semaine. Le mouvement Hiddoush, pour la liberté de religion et l’égalité entre les groupes, a appelé l’Etat a supprimé le budget de ces institutions.

 

Le ministère des finances s’est excusé pour cet incident mais un porte-parole a indiqué qu’il n’existait aucune intention de ‘’changer la politique actuelle selon laquelle tous les corps recevant des financements selon la clause 3a de la loi fondamentale budgétaire, aussi bien culturels, éducationnels, artistiques, scientifiques et d’institutions caritatives, étaient sujets à inspection’’.



Archéologie : Tel Balata

 

Tel-Balata.jpgLe parc archéologique de Tel Balata, à deux kilomètres de Sichem, l’ancienne capitale israélite, devrait ouvrir l’année prochaine selon les autorités archéologiques de l’AP.

 

Le projet, vieux d’un siècle, a été conduit depuis 1997 par des experts locaux, des archéologues néerlandais et l’UNESCO, suite aux accords d’Oslo. 130 chercheurs ont travaillé sur une douzaine de sites d’excavations, sous la direction de la juridiction de l’AP, a indiqué Hamdan Taha, le directeur du département. Il a déclaré à la télévision Al Arabiya y voir ‘’une opportunité pour participer à l’écriture et la réécriture de l’histoire de la Palestine à partir de sources primaires’’.

 

Les ruines de Sichem montrent en effet 4000 ans d’habitation humaine et la ville est également citée sur des tablettes vieilles de plus de 3000 ans retrouvées à Alep, en Syrie. La Bible dit que la terre de Canaan fut promise à Abraham à Sichem, et c’est également là que fut enterré le corps de Joseph, selon le livre. Sichem fut la première capitale du royaume d’Israël au nord (au sud était la Judée), avant de se voir remplacée par Tirza puis Samarie. Les Romains ont ensuite créé Neapolis (Nouvelle ville), qui en arabe a donné plus tard Naplouse, où se trouve la ville actuelle.

 

Les fouilles de Tel Balata ont débuté en 1913 par une équipe allemande sous les auspices de l’Empire ottoman. Dans les années 50 et 60, sous occupation jordanienne, c’est une équipe américaine qui en a assuré la tenue puis après 1967 les équipes israéliennes se sont d’abord concentrées sur Sebastia (ou Samarie), un site du Parc national de Samarie. Le site de Tel Balata a été quelque peu négligé et progressivement entouré par des habitations et garages arabes. Il fut aussi l’objet de conflits récurrents autour de la tombe de Joseph que les juifs observants voulaient visiter. Le neveu de la ministre de la culture et des sports Limor Livnat, y est mort en avril dernier sous les balles d’un tireur d’un policier de l’AP.

 

L’ouverture du site devrait permettre d’augmenter les visites, tant de la part de touristes internationaux que des populations arabes locales qui ‘’ressentent elles-mêmes la responsabilité de l’héritage archéologique de leur quartier’’, affirme Hamdan Taha.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format