Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

novembre 2nd, 2011   | Commentaires: 11

L’UNESCO qui, comme toutes les institutions relevant des Nations Unies, remplit une mission qui est exactement l’inverse de ce pour quoi elle a été créée, puisqu’elle est censée s’occuper d’éducation et de culture, et s’occupe en fait de propagande et de déculturation, vient, ce qui est dans la logique des choses, d’admettre dans ses rangs un Etat qui n’existe pas, porté à bout de bras par des gens qui veulent effacer de la carte un Etat qui, lui, existe.
 
La France de Nicolas Sarkozy, forte du soutien qu’elle vient d’apporter aux islamistes de Libye, et de son alliance avec le Qatar, le pays d’Al Jazeera, désireuse de montrer qu’elle a clairement choisi son camp, a voté pour l’admission du pays qui n’existe pas, et donc pour l’effacement de la carte du pays qui, lui, existe. Les Etats-Unis d’Obama ont voté contre : Obama aurait préféré faire autrement, mais il sait qu’il est contraint et forcé.
 
La loi américaine impliquant que les Etats-Unis cessent de financer l’UNESCO en pareil cas, les USA ont fait savoir qu’ils cessaient de payer à dater du jour du vote, mais le représentant des Etats-Unis continuera de siéger : attendre d’Obama qu’il retire les Etats-Unis de l’UNESCO est attendre de lui l’impossible et l’impensable. 
 
Les Etats-Unis apparaissent ainsi comme un pays faible : et c’est ce qu’ils sont aujourd’hui. 
 
Après avoir transformé la victoire obtenue sous Bush en Irak, en défaite, et avoir fait cadeau du pays à Ahmadinejad, après avoir redonné le moral aux talibans en Afghanistan, après avoir mis l’armée américaine au service des ambitions islamiques de Sarkozy, après avoir montré son inclination pour les Frères musulmans, et son indifférence aux massacres en Syrie, Obama fait un pas supplémentaire dans une direction honteuse.
 
L’UNESCO va continuer à entraver les fouilles archéologiques à Jérusalem, à renommer tous les sites juifs de l’antiquité sous des appellations islamiques. Jean Patrick Grumberg a expliqué ici (cf.L’UNESCO invente l’intifada culturel) toutes les ignominies commises. 
 
L’UNESCO va donc promouvoir officiellement la « culture palestinienne » : si vous vous demandez en quoi consiste celle-ci, en dehors des appels génocidaires, des ceintures d’explosifs, de l’apprentissage des techniques d’égorgement, et de l’utilisation d’enfants au titre de bouclier humain, c’est que vous n’avez encore rien vu. Attendez-vous à apprendre qu’il n’y a jamais eu de présence juive au Proche-Orient avant 1948, que le tombeau de Rachel a toujours été une mosquée, construite du vivant du Prophète, ou qu’en dessous de la mosquée al Aqsa, il y a les ruines d’une ville construite par les Philistins qui (vous ne saviez pas ?) sont les ancêtres des Palestiniens, qui sont l’un des peuples les plus anciens de la terre. Ces falsifications grotesques de l’histoire vous indignent ? Des falsifications de ce genre n’indignent pas le gouvernement français. Etonnez-vous, après cela, qu’il y ait une remontée de l’analphabétisme en ce pays. Etonnez-vous que des gens se disent que décidément, Sarkozy est bien le successeur de Chirac, en pire.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : 
© Guy Millière pour www.Dreuz.info
 
PS : J’ai mis en illustration la photo attendrissante d’un papa palestinien posant avec son instrument de travail, et avec un enfant qui reçoit une excellente éducation comme les aime l’UNESCO, et comme les apprécie la France. Encore quelques années et ce petit pourra espérer passer son examen d’entrée au paradis d’Allah : une jolie ceinture d’explosifs offerte par son gentil papa, et l’espoir de tuer beaucoup de juifs. Si vous n’êtes pas attendri, c’est que vous ne siégez pas à l’UNESCO, et que vous ne comprenez rien à la culture.

Partager cette page

Repost 0
Published by

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format