Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 12:36

Par Misha Uzan

 

Philippe Delerm, La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, Paris : Gallimard, 1999 [1997]

 

 Philippe-Delerm.-La-premiere-gorgee-de-biere-et-autres-p.jpg

 

Je n'avais pas été emballé par Le buveur de temps et "l'écrivain des petits plaisirs" comme on appelle Philippe Delerm. Mais en tombant sur La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, je me suis dit qu'il ne fallait jamais en rester à une première impression et qu'avec ce livre, au moins, la couleur était annoncée.

 

Cette fois-ci le lecteur sait qu'il ne plonge pas dans une histoire racontée par un narrateur, mais qu'il partage avec l'auteur-narrateur tous ses petits plaisirs, racontés, chacun, en petits chapitres de deux-trois  pages qui défilent les uns après les autres. Certains le toucheront, d'autres moins. Personnellement je me suis senti proche de l'auteur en lisant Le croissant du trottoir, On pourrait presque manger dehors, Le Tour de France, Lire sur la plage ou encore Le trottoir de la station Montparnasse. Mais pour moi le plaisir n'est pas dans La première gorgée de bière mais plutôt dans la première gorgée de coca et je dois avouer que je n'ai jamais "[aidé] à écosser les petits pois". Pour être simple ces plaisirs-là ne me parlaient pas.

 

Toutefois j'ai appris à apprécier Delerm et ses thèmes si particuliers. Son écriture est belle et bien tournée, ça ne fait aucun doute, ses livres sont courts et c'est tant mieux, et je peux comprendre qu'ils puissent orner une bibliothèque de maison avec fierté, comme ces livres qu'on aime tirer de temps en temps pour n'en lire que des passages. Ceux qui sont si vrais, si partagés, si descriptifs d'un univers social et mental. En somme, j'ai compris pourquoi un Eric zemmour lui a réservé un si bon accueil dans l'émission On n'est pas couché. Car discrètement, Philippe Delerm ne se fait pas que l'écrivain des petits plaisirs, mais aussi celui des petits plaisirs français. Il décrit avec brio, fantaisie et personnalité, le cadre partagé par les français de province, ceux de campagne, ceux de Paris. Et même si certains plaisirs sont internationaux, on sent malgré tout une forme de matérialisation par l'écrit, par détours, de ce qui fait la nation française, toutes ces petites choses qui nous font Français, qu'on le veuille ou non. Et c'est un expatrié qui le dit (cf : Qui suis-je?).

J'ai bien fait d'insister, de lire un nouveau Delerm. Cela m'a permis de comprendre ce qu'il apportait à la littérature moderne. Et même si tous ses petits plaisirs à lui, ne me touchent pas, j'en partage certains, et c'est déjà pas mal. J'ai un autre Delerm qui traîne dans ma bibliothèque et j'avais rechigné à le lire jusqu'à présent. Je ferai sans doute moins le difficile à l'avenir.

Reproduction autorisée avec les mentions suivantes et le lien vers cet article :
© Misha Uzan pour http://mishauzan.com

Partager cet article

Repost 0
Published by MU - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format