Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 00:58

Une version courte de mon article Faux appel d’un terroriste à la « communauté internationale ». De l’innovation en terrorisme  a été publiée sur le site Drzz.fr.

Il s’agit bien entendu d’un article ironique. Face à son succès, j’en ai retouché encore quelques mots, ci-dessous. La version courte permettra aux plus pressés d’aller au bout de l’article. Les curieux pourront se référer à la version longue et originale (lien ci-dessus).

 

Par Misha Uzan

http://mishauzan.com

 

 

terroriste

 

Voilà un mois que je reste chez moi. Je ne fais rien. Je pense, je réfléchis, je cherche. Je suis pourtant un spécialiste, mais là, je cale. 

Je suis un terroriste. Un vrai de vrai. J’ai travaillé pour les plus grands : le Hezbollah, le Hamas, l’OLP, j’ai conseillé l’IRA, j’ai même travaillé pour Ben Laden. Avec lui j’avais un bon emploi. De l’Afghanistan au Maghreb en passant par Londres et New York. J’ai formé des hommes au pilotage d’avions, à la fabrication de bombes, au tir à la Kalachnikov. 

 

Je suis chercheur. Chercheur en terrorisme. Je cherche les meilleurs moyens de terroriser. Lockerbie c’était moi, l’Ouganda j'y étais, le 11 septembre aussi. Dans les laboratoires de recherche, en Occident, chez ces chiens de croisés, on fait progresser la technique, moi je fais progresser le terrorisme.

 

Mon père, que son nom soit loué, était chercheur lui aussi. Il a pratiqué les colis et les voitures piégés, la guérilla aussi. Il fut fedayin pour Arafat. Quel grand homme cet Arafat ! Mon père lui a inspiré l’idée des détournements d’avion dans les années 70. Mon père était son meilleur expert en terrorisme. 

 

Peu après mon diplôme de terroriste, mon BA à Riyad et mon MA à la grande université du Caire, je suis parti pour le Liban. L’entité sioniste était au sud-Liban et nous, au Hezbollah, nous l’avons fait reculer. 

 

Dans les années 2000, j’ai travaillé pour Ben Laden, que son âme repose en paix. Jeter des avions contre les tours fut notre plus bel ouvrage. Avec Arafat et Abu Nidal, nous avions déjà essayé contre Israël ; malheureusement leur service de sécurité était trop performant. Contre ces cochons de juifs, notre arme fut l’attentat-suicide. Dans l’absolu, c’est la meilleure arme qui soit : une perte négligeable de notre côté, mais la garantie de toucher l’ennemi. Combien de bons amis à moi sont morts en martyrs, j'en suis jaloux !

 

Et puis Sharon nous a construit ce mur. Le mur de protection, disent les sionistes. Une plaie ! Nous avons tout tenté, avec nos complices et idiots utiles européens, pour faire détruire le mur. 

 

Ensuite Tsahal a pénétré dans nos camps d’entraînement, ceux qu’Arafat avait réussi à faire financer par l’argent de l’Union européenne. Quel génie cet Arafat ! 

 

Entre le mur, la lutte anti-terroriste, les check-points, et les agents du Shin-Beth, c'était devenu difficile de travailler. 97% de nos tentatives sont mortes dans l’œuf. 

 

Il me fallait trouver autre chose. En France ils disaient travailler plus pour gagner plus. Mon slogan à moi c’était : travailler plus pour faire plus de morts.

 

A Jérusalem j’ai moi-même mis au point l’attentat à la voiture. L’opération fut un succès, la première fois. Mais très vite, Israël a limité notre action en contrôlant ses routes.

 

Enfin nous sommes passés à l’attentat à la roquette. Roquette-Grad, roquette-kassam, mini-roquette. Nous pouvons toucher le sud d’Israël depuis Gaza. L’aviation israélienne, pour répondre, est contrainte de faire beaucoup de dégâts, elle s’attire les foudres de la « communauté internationale », notre bonne copine. Et nous plaçons toujours nos opérations dans les maisons, les hôpitaux, les mosquées. 

 

En 2006 j’ai été rappelé au Liban. 

 

Le Hezbollah avait besoin de moi pour bombarder le nord d’Israël. J’étais devenu l’homme en vogue. On m’appelait Rocket man et nous chantions Elton John. 

 

En 2009 j’ai pensé au terrorisme par la mer. Notre truc, mon truc, mon idée, c’était la bombe de mer. En plaçant des explosifs dans des tonneaux. Mais la marine israélienne a repéré les bidons, rien n’a fonctionné. Alors nous avons repris les bonnes méthodes, un peu d’attentats, et les roquettes.

 

Maintenant Israël a mis en place son dôme de fer. Ils ont un mur au sol, ils ont bloqué la mer, et voilà qu’ils nous bloquent par le ciel. Comment être un terroriste dans ces conditions ?

 

 

C’est pourquoi j’en appelle à votre aide, vous la « communauté internationale », et surtout vous, les médias : faites pression sur Israël pour que tout cela cesse : le mur, le dôme, l'accès par la mer. Nous avons besoin de circuler !

 

Votre aide avec les flottilles pour briser le blocus, et que les bateaux iraniens puissent enfin livrer des missiles — une idée que j’aurais dû avoir — nous est précieuse mais insuffisante.

 

Moi, terroriste, je suis au chômage, par la faute d’Israël. Je subis les retombées de la répression des Bush, des Sharon, et même de Sarkozy et Berlusconi. Sans Khadafi, sans Saddam Hussein, sans Ben Laden, ces amis que j’ai perdu et que je pleure.

 

Alors je reste chez moi, et je cherche. Expert terroriste au chômage.

 


Reproduction autorisée avec les mentions suivantes et le lien vers cet article : 

© Misha Uzan pour Drzz.fr et pourhttp://mishauzan.com 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Renée 23/07/2011 17:54



Pour info, le lein Drzz.fr ne fonctionne pas. Bon dimanche bises



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format