Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 15:54

Articles publiés sur http://www.israel-infos.net (newsletter et site internet)

 

 

Tel Aviv et la vie chère

 

tel aviv plageCette année encore Tel Aviv se voit décernée le titre de ville la plus chère du Moyen-Orient. C’est ce que révèle une étude annuelle menée par l’agence ECA International. Tel Aviv se place à la 29e place des métropoles les plus chères au monde pour les étrangers expatriés. Jérusalem, quant à elle, obtient la 33e place. A titre de comparaison, le classement, qui prend en compte 400 villes réparties dans le monde entier, place New York (Manhattan) à la 44e place. Au Moyen-Orient, après Tel Aviv et Jérusalem, Dubaï ne prend que la 175e place. La première place est attribuée à Tokyo, considérée comme la ville la plus chère au monde. Pas moins de quatre villes japonaises se placent dans le top 10. Les villes australiennes font aussi un bond fulgurant avec six villes se plaçant dans les 30 premières places. Il y a deux ans, pas une n’atteignait les 50 premières places. Enfin Caracas, au Venezuela, passe de la 91e place l’an dernier à la 15e place.

 

Ce classement d’ECA International ne prend néanmoins en compte que des produits comme la nourriture, les boissons ou les sorties de divertissement (cinéma, discothèques, etc). L’immobilier, l’éducation ou les transports ne sont pas pris en compte.

 

 

 

Possible levée des barrières douanières sur les produits laitiers

 

 

Croyez-le ou pas, depuis une semaine cottage et produits laitiers font jour après jour la première page de tous les quotidiens israéliens. La crise du cottage comme on l’appelle, n’en finit pas. Sont mis en cause les prix des produits laitiers en Israël, deux fois plus chers que leurs équivalents en Europe et dans les pays développés. Suite au boycott des cottages et fromages par une partie du public, qui a conduit à 25% de ventes en moins, Netanyahou appelle ses ministres à trouver rapidement une solution. On parle de régulation gouvernementale des prix et d’une investigation sur la hausse des prix.

 

Cottage-Tnouva.jpg« La situation est intolérable et il nous faut la rectifier » a déclaré dimanche Youval Steinitz, le ministre israélien des finances. Ce dernier envisageait dans un discours tenu dimanche au Forum de politique économique de lever les barrières douanières aux importations des produits laitiers. « Nous ne pouvons pas laisser nos intérêts ou nos citoyens être piétinés par de puissants groupes » a ajouté le ministre. Les mesures prises pourraient comprendre la levée des barrières douanières, l’instauration d’une véritable compétition économique et une supervision gouvernementale des prix. La levée des barrières douanières a également reçu le soutien de Shalom Simhon, ministre du travail et des échanges.

 

L’annonce ministérielle ne fait en revanche pas que des émules. Shraga Brosh, président le l’Association de manufacture israélienne s’en est violemment pris au ministre des finances, il a appelé à son remplacement et dénoncé ce qu’il appelle le « populisme bon marché » du gouvernement. Le député Likoud Carmel Shama-Hacohen, président du comité de la Knesset, s’en est pris quant à lui directement aux producteurs de produits laitiers et aux supermarchés qu’il a accusé d’être responsable de la hausse des prix, en s’entendant sur les prix. Il a toutefois émis une réserve sur l’importation des produits, qui pourrait causer des difficultés dans la mise en place de la cacherout, la cachérisation. Eyal Malis directeur général de la marque Tnouva a répondu qu’il collaborerait à toute autorité de régulation mais il a attribué la hausse des prix du cottage à celle du lait, de l’eau, de l’énergie et des salaires des employés. Des propos vivement contestés par Amir Peretz, du parti travailliste. La plupart des membres du comité ont appelé à une régulation des prix, exception faite de Faina Kirschenbaum  du parti Israel Beiteinu selon qui la régulation fixe les prix au plus haut. Seule l’ouverture du marché selon elle, poussera les prix vers le bas.

 

Des casinos pour le sud


Casino.jpgLégalement, l’Etat Israël ne compte pas aujourd’hui sur son sol de casino (mis à part les casinos en ligne qui peuvent comprendre des bureaux dans le pays mais qui excluent de leur plateforme les Israéliens). Les choses pourraient changer sous l’impulsion du tourisme Stas Miszhenikov. Fort de ses récents succès en matière de tourisme le ministre a proposé la semaine derrière devant le comité des affaires économiques de la Knesset d’ouvrir plusieurs casinos. Quatre régions ont bénéficié des faveurs du ministère du tourisme : Eilat, les petites villes de Yehoram et d’Arad au sud du pays, et la mer morte. Dov Livinoff à la tête du Conseil régional Tamar s’est prononcé en faveur de la mer morte, pour développer la région.

Mais la discussion s’est concentrée sur la construction de casinos en soi. Le député Likoud Carmel Shama-Hacohen a tenu à souligner les risques d’addiction aux jeux et a souhaité en limiter l’accès aux Israéliens. Stas Miszhenikov s’est opposé à une distinction entre Israéliens et touristes. « Si les Israéliens ne peuvent pas jouer, a-t-il déclaré, ils continueront à voyager à l’étranger et l’Etat perdra des millions de shekels de revenu. »

Toutefois, malgré le soutien du ministre et de son ministère, la question des casinos en Israël est récurrente depuis vingt ans, et personne encore n’en a changé la donne.

 

Israël et la sécurité nucléaire

 

Israël entend rassurer la communauté internationale en matière de sécurité nucléaire. La Commission israélienne pour l’Energie Atomique, a annoncé le renforcement de sa supervision des deux réacteurs nucléaires d’Israël et de la gestion des déchets nucléaires. L’événement se tient à Vienne au sein d’une session spéciale de l’AIEA, l’Agence Internationale d’Energie Atomique. Le docteur Shaul Horev, directeur de la commission israélienne, accompagné du député Yishai Levanon, a indiqué qu’Israël s’est soumis aux standards de sécurité de l’AIEA, et a participé aux forums internationaux sur la sécurité nucléaire.

 

Cette conférence, qui réunit plus d’une centaine d’Etats, entend mettre en garde contre les dangers du nucléaire. L’AIEA cherche à renforcer la communication sur ce sujet depuis la catastrophe nucléaire survenue à Fukushima au Japon et les critiques émises envers l’Agence et son directeur général japonais Yukiya Amano, suite à leur gestion de la crise.

Malgré l’importance de l’événement, seuls les Etats restent maîtres des décisions et du calendrier à adopter en matière de sécurité nucléaire. La conférence devrait aborder la question des radiations nucléaires depuis la catastrophe japonaise. L’énergie nucléaire est depuis fortement mise en doute par une partie de la population mondiale. L’Allemagne a annoncé son intention de fermer d’anciennes installations nucléaires d’ici 2020, et en Italie une majorité de citoyens ont rejeté par référendum la construction de réacteurs nucléaires.

Israël, quant à lui, comprend deux réacteurs nucléaires. D’une capacité de 5 mégawatts, fourni par les Etats-Unis en 1960 dans le cadre du programme Des atomes pour la Paix, le premier se trouve à Nahal Sorek. Il est sous la supervision de l’AIEA et visité deux fois par an par des experts internationaux. Le second, à Dimona dans le Néguev, fourni par la France en 1958, a officiellement une capacité de 24 mégawatts. Mais on affirme qu’Israël en aurait augmenté les capacités à 50 ou 70 mégawatts et qu’il produirait des matières fissiles (uranium et plutonium) utilisées pour la fabrication d’armes nucléaires. Israël n’a pas signé le Traité de Non-prolifération Nucléaire et refuse aux experts de l’AIEA de visiter le site de Dimona. La Commission israélienne d’Energie Atomique affirme néanmoins que les deux réacteurs sont vérifiés et les normes de sécurité appliquées selon les standards.

 

Prix Herzl pour Nohi Dankner

 

Nohi-Dankner.-Prix-Herzl.jpgNohi Dankner s’est vu décerné ce dimanche 19 juin le Prix Herzl du Congrès Juif Mondial par le président de l’Etat d’Israël Simon Peres et le président du Congrès Ron Lauder. L’organisation tenait à Jérusalem son 75e congrès annuel sous le titre « Préparons-nous pour septembre – le monde juif s’unit dans les moments décisifs au Moyen-Orient ».

 

Ron Lauder a indiqué avoir voulu récompenser Dankner pour ses nombreux dons et activités pour les localités du nord et du sud d’Israël. Nohi Dankner est un des hommes d’affaires les plus influents en Israël, il est à la tête du groupe immobilier IDB, au capital de 80 milliards de Shekels. En 2010, Dankner se classait à la 18e place des plus riches israéliens (selon le quotidien Maariv) avec une fortune d’environ 3.65 milliards de shekels. Selon le Congrès juif mondial, de 2006 à 2010 le groupe IDB aurait fait don de plus de 110 millions de Shekels à des projets dans tout le pays.

 

Le président Shimon Peres a déclaré : Nohi est un des meilleurs édificateurs d’Israël. Le Prix Herzl lui revient parce qu’il a construit l’avenir de l’Etat avec intelligence, initiative et engagement. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yann 22/06/2011 00:11



Les laits de chevre et de brebis sont encore beaucoup plus chers, meme plus que le lait de soja. Non, en fait la solution c'est de boire de l'eau. 



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format