Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 17:56

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 21 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 16 jours plus tard, le 6 août.

La date du 21 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

La Nouvelle Zélande accuse des Israéliens d’être des espions

 

Drapeau-Nouvelle-Zelande.jpgLa presse néo-zélandaise a évoqué les doutes qui pèsent sur les voyageurs israéliens tués par le tremblement de terre de Christchurch en février. Selon certains, il s’agirait d’agents du Mossad. L’ambassadeur israélien en Nouvelle-Zélande, Shemi Tzur, a radicalement rejeté ces accusations, qu’il compare à de la ‘’science fiction’’. Tzur s’est dit ‘’choqué et bouleversé’’ que de tels soupçons pèsent sur eux.

 

L’Israélien Ofer Mizrahi, 23 ans, a été tué par la chute d’un bloc de pierre sur sa voiture. Selon les autorités néo-zélandaises il aurait eu en sa possession cinq ou six passeports. L’ambassadeur israélien a confirmé que Tzur possédait plusieurs passeports, mais il affirme ne pas connaître l’existence d’un tel nombre.

 

Les amis d’Ofer ont également été accusés d’avoir cherché à fuir le pays après les événements parce qu’ils étaient des agents du Mossad. Tzur raconte qu’ils ont tout simplement été choqués par la mort de leur ami, et qu’ils voulaient rentrer chez eux.

 

Les relations entre la Nouvelle-Zélande et Israël sont tendues depuis ‘’l’affaire des passeports’’ en 2004, impliquant deux Israéliens ayant tenté d’utiliser des passeports frauduleux. Une cour locale les a condamnés comme agents du Mossad et le premier ministre néo-zélandais avait pris des mesures contre Israël. Israël n’avait mis fin à la crise que 18 mois plus tard, en s’excusant. L’ambassade israélienne avait rouverte en août 2005, mais n’était restée qu’une extension de l’ambassade de Canberra, en Australie. L’ambassade de Wellington a repris ses opérations en 2005.

 

 

 

Lady Gaga ne soutiendra pas la mer morte

 

Lady-Gaga.jpgSelon le journal israélien Calcalist, le ministère du tourisme israélien a fait appel à des artistes internationaux pour promouvoir la mer morte dans la compétition pour l’élection des sept merveilles du monde. Lady Gaga, Justin Bieber et le conducteur de l’opéra russe Valery Gergiev ont été sollicités.

 

Le gouvernement est convaincu du potentiel touristique que représenterait une victoire dans cette compétition. Par ailleurs, le premier ministre Benyamin Netanyahou, en visite dans la région il y a quelques semaines, a pris connaissance du danger d’assèchement de la mer et de ses conséquences sur le tourisme. Rappelons que la mer morte est aussi le lieu le plus bas du monde.

 

Les productions Galim ont contacté des célébrités au nom de l’Etat d’Israël pour qu’elles votent pour la mer morte et en fassent la promotion sur leurs sites internet et dans des mini-clips diffusés sur You Tube, Facebook ou autres réseaux.

 

Mais le tout a capoté. Bieber et Gergiev ont décliné l’offre et Lady Gaga n’a jamais répondu. Les organisateurs ont finalement recruté les chanteurs de l’opéra argentin ‘’Casi Angeles’, très populaire auprès des jeunes, qui ont accepté de relever le challenge pour quelques centaines de milliers de shekels. La semaine dernière, 4.5 millions de shekels ont été alloués au ministère du tourisme pour cette promotion, dont une partie financera les stars de l’opéra.

 

 

 

Des intellectuels de gauche contre une loi Deri

 

Des intellectuels, auteurs et universitaires de gauche ont apporté leur soutien au retour d’Aryeh Deri en politique, l’ancien leader de Shass,.

 

Arieh DeriLe mouvement ‘’Liberté de vote’’ a distribué une lettre aux parlementaires pour lancer une campagne contre une loi Deri. Ecarté de la vie politique en 1997 pour corruption et condamné à une peine de prison, Deri a annoncé son intention de revenir en politique en juin 2011 et d’éventuellement créer un nouveau parti. Certains parlementaires de droite ont annoncé leur intention de voter une loi pour empêcher d’anciens condamnés de se présenter à des élections nationales ou d’obtenir des postes ministériels.

 

La campagne lancée par ces intellectuels de gauche s’y oppose. ‘’Chacun a le droit d’être élu et de voter et tout le monde a droit à une seconde chance’’ ont-ils invoqué. On compte parmi ces personnalités l’écrivain Amos Oz et l’ancien parlementaire de Meretz Mosi Raz-Cohen. La campagne se défend toutefois d’être limité à la gauche, Raz-Cohen a appelé ‘’qui le veut à soutenir la campagne’’.

 

La réaction de Deri et de ses proches fut en revanche moins enthousiaste. Ses associés ont indiqué au Yediot Aharonoth que Deri se situait au centre de la carte politique, afin de ne pas perdre des électeurs de droite. D’autres associés ont même prétendu que la campagne pourrait provenir d’éléments d’extrême droite qui veulent le faire passer pour un gauchiste. Selon eux, ‘’Aryeh apprécie le soutien de plusieurs partis mais il est important de souligner qu’il n’a rien à voir avec ça’’.

 

 

Les Haredim et les tentes

 

‘’Une présence permanente ultra-orthodoxe dans les protestations à Tel Aviv contre les prix immobiliers retourneraient les médias laïques contre le mouvement’’, a déclaré Israel EichlerIsrael Eichler, un député du parti Yaadout Hatorah. Il a indiqué que le mouvement ultra-orthodoxe supporte la révolte des tentes, mais qu’il serait préférable pour tous les Israéliens si les ultra-orthodoxes restaient en dehors des protestations. Eichler a rendu une visite officielle aux leaders des protestations, rue Rothschild, à Tel Aviv, mais aucun ultra-orthodoxe ne devrait s’installer avec sa propre tente.

 

‘’Ce qui se passe maintenant à Tel Aviv est une manifestation très atypique du public ultra-orthodoxe’’, affirme Yehonatan Steinberger. Lui-même père de trois enfants, Yehonatan a déménagé de son appartement dans un quartier mixte de Jérusalem (laïcs et ultra-orthodoxes) pour s’installer plus près de son rav, dans un quartier où ne vivent que des membres de la communauté. Il avait peur que la société laïque ait une mauvaise influence sur l’éducation de ses enfants, a-t-il livré au Jérusalem Post. Le prix à payer fut une augmentation de son loyer de 2500 shekels dans l’ancien appartement, à 4500 shekels dans le nouveau. Mais tout en apportant son soutien aux protestations, il explique que ‘’pour un ultra-orthodoxe, sortir dans les rues n’est pas simple, nous gardons notre vie privée’’.

 

Pour autant le mouvement fait tâche d’huile. Mercredi matin, le quotidien Israël Hayom annonçait que la révolte des tentes pourrait s’étendre au secteur ultra-orthodoxe dans la petite ville d’El’ad. Selon le journal, plusieurs résidents ont prévu de s’introduire dans un parc à l’entrée de la ville et d’y poser leurs tentes. L’un d’eux explique que les ultra-orthodoxes ont généralement des familles nombreuses, et qu’ils ne peuvent pas supporter le prix d’appartements de plusieurs pièces.

 

Le député Eichler attribue la crise actuelle à ‘’l’Administration de la terre d’Israël’’, qui laisse le marché fixer les prix. Eichler est partisan d’une régulation du marché, en accord avec le ministère du logement, qui fixerait les critères de construction par zones ainsi que les loyers.

 

Voir mon article : Le mouvement des tentes et l’archaïsme ultra-orthodoxe juif

 

Les Haredim et le Shabbat

 

Les ultra-orthodoxes s’opposent sur la nécessité des manifestations le shabbat. Pour certains membres du mouvement Eda Haredit, ça n’en vaut pas la peine, et pour le représentant du Comité pour la Sainteté du Shabbat, ce sont les laïcs qui l’ont cherché.

 

Ces dernières semaines à Jérusalem ont connu à nouveau d’importantes manifestations contre la circulation d’automobiles le jour du Shabbat, notamment sur la rue Hanevi’im. Mais pour Shmuel-Chaim-Pappenheim.jpgShmuel Chaim Pappenheim, considéré comme l’un des leaders officieux d’Eda Haredit, aujourd’hui la plupart de leurs membres sont hostiles à ces actions. Selon lui Rabbi Tuvia Weiss est quasiment le seul rabbin de la faction à les supporter et la plupart des participants ne le font que pour défendre son honneur. Pour Pappenheim, les arrestations survenues à l’abattoir du mouvement à Mea Sharim la semaine dernière expliquent l’ampleur du mouvement. ‘’On a mis la pression sur le rabbin Toldos Aharon’’ explique-t-il et il a dû ‘’défendre l’honneur de Weiss’’.

Rabbi Yosef Rosenfeld, représentant du Comité pour la Sainteté du Shabbat, a également évoqué les deux ans d’ouverture du parking Karta le shabbat et a remis la faute sur les ‘’provocations’’ des laïcs et de la police.

 

En outre, pour les deux hommes, toute discussion sur d’autres désacralisation du shabbat, comme l’ouverture d’un nouveau théâtre à Jérusalem, font le jeu des radicaux. Pappenheim évoque encore d’autres explications. Selon lui les organisateurs des manifestations sont également motivés par le désir de plaire aux donateurs d’Eda Haredit à l’étranger, qui sont bien plus radicaux qu’eux, et par ailleurs il faut mettre ça sur le compte de l’ennui de certains jeunes l’été qui cherchent un peu d’action dans les rues.

 

 

L’Unesco contre Israël

 

L’organe culturel de l’ONU, l’UNESCO (Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture), semble s’engager dans une inquisition anti-israélienne. Elle a récemment adopté une décision appelant Israël à cesser immédiatement toutes les recherches archéologiques de la vieille ville de Jérusalem. L’UNESCO s’en est pris directement à la rénovation du pont des Maghrébins du mur occidental de l’ancien temple de Jérusalem. Promue par des Etats arabes, la décision a été adoptée avec le consensus des membres occidentaux de la commission.

 

UNESCOSelon un article publié dans le Yediot Aharonot par Giulio Meotti, un journaliste du journal Il Foglio, et l’auteur du livre Une nouvelle Shoah : l’histoire oubliée des victimes israéliennes du terrorisme, l’UNESCO donne son blanc seing à la campagne de délégitimation d’Israël.

 

Meotti rappelle les nombreuses attaques et votes anti-israéliens à l’UNESCO. En 2009, l’UNESCO a désigné Jérusalem ‘’capitale de la culture arabe’’, protestant contre ce qui y est appelé ‘’l’occupation israélienne de la ville sainte’’. Plus encore l’UNESCO a réduit le lien des Juifs à l’histoire du Moyen-Orient à quasi-rien, si ce n’est le bref séjour de ‘’colonisateurs arrogants’’. L’UNESCO s’en est pris à la cité de David et aux tombes des patriarches à Hébron, faisant de ces dernières des ‘’mosquées musulmanes’’ sans rappeler leur lien à l’histoire juive, condamnant Israël pour ‘’la destruction et les dommages causés à l’héritage culturel des territoires palestiniens’’, sans jamais condamner les actes de vandalisme de musulmans sur la tombe de Joseph, ou sans mentionner les tombes de grands personnages de l’histoire biblique et juive.

 

Ces dernières années, l’UNESCO a également augmenté sa collaboration avec l’ISESCO, raconte Meotti, l’organe culturel de l’OCI (l’Organisation de la Conférence islamique). Selon celle-ci, le temple juif n’est qu’une fiction et les monuments juifs sont des ‘’trésors islamiques volés par les sionistes’’, les archéologues israéliens étant ‘’des criminels agissant contre les Musulmans’’.

 

La dernière note en date, indique Meotti, fut de faire de Maïmonide un musulman appelé ‘’Moussa ben Maimon’’. Le penseur juif a donc été forcé de se convertir à l’islam plusieurs siècles après sa mort par les historiens révisionnistes de l’UNESCO.

 

 

Nouveau satellite pour Tsahal


Dans ses efforts pour améliorer ses capacités d’espionnage, les forces aériennes israéliennes (AIF) cherchent à développer un nouveau système technologique capable d’analyser et de cataloguer les images renvoyées par les satellites depuis les pays ennemis.

Actuellement Israël a recours aux satellites de reconnaissance Ofek 9, Ofek 7 et Ofek 5 ainsi qu’à TecSar, l’un des seuls dans le monde à utiliser un système de radars à la place d’un appareil prenant des photos. Tsahal utilise également les satellites commerciaux Eros A et Eros B.

 

Si, par un exemple, un satellite détecte un missile lancé depuis la bande de Gaza ou le Liban, tout est entré dans une banque de données et peut être utilisé en cas de future conflit. Les photos permettent aussi de tracer les mouvements d’hommes et les transferts d’armes.

 

L’armée espère que le nouveau système pourra interpréter les images plus vite et de façon plus précise, remplaçant le travail effectué actuellement par des soldats, a expliqué un officier. Ce système, appelé Multi-satellite, a été développé par Elbit Systems, Rafael et les industries de aéronautiques israéliennes (IAI). Le nouveau programme cumulera les satellites électro-optiques, qui prennent des photos en haute-résolution des cibles, et les satellites SAR, qui utilisent les radars pour créer des images de qualité par mauvais temps. Les soldats en mission devraient pouvoir choisir le type de satellite à privilégier en fonction de leur position et des conditions.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format