Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 14:42

Ces articles ont tous été publiés dans la newsletter et sur le site Israëlinfos.net, partenaire officiel. www.israel-infos.net

 

Analyse :

Pour Eric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (Cf2R), les révolutions arabes ne sont que des coups d’Etat militaire masqués.

 

A lire sur http://www.israel-infos.net/Les-revolutions-arabes-ne-sont-que-des-coups-d-Etat-militaires-masques-6763.html

 

 

Par Misha Uzan

 

Shakira pour la première fois en Israël

 

ShakiraElle s’était manifestée publiquement contre Israël et les rumeurs avaient couru qu’elle refuserait à jamais de mettre les pieds dans le pays. C’était sans compter sur les qualités diplomatiques de Shimon Peres. La chanteuse internationale Shakira, colombienne d’origine libanaise, a accepté l’invitation du président de l’Etat de participer à la Conférence du Président « Ponim el Mahar », « regards vers le lendemain », qui se déroulera pendant trois jours à Jérusalem dès mardi 21 juin. 3500 directeurs, scientifiques, intellectuels et éducateurs devraient participer à cet événement. Contrairement à ces autres rumeurs, en mars dernier, qui parlaient d’un concert de la chanteuse, Shakira n’a prévu aucune représentation en Israël où elle ne restera qu’une journée, mais elle tiendra à l’ouverture de la conférence un discours en tant que fondatrice et représentante de l’Organisation non gouvernementale Barefoot (pieds nus), une fondation consacrée à l’accès à une éducation de qualité pour les enfants du monde entier. L’occasion aussi d’aborder l’importance de l’éducation des enfants sur le chemin de la paix.

 

Gérard PiquéElle devrait être accompagnée de son ami, le joueur de football du FC Barcelone Gérard Piqué.

 

La conférence réunira également d’autres personnalités telles que l’humoriste Sara Silverman, le fondateur de Wikipedia Jimmi Wales et le professeur et écrivain Dan Arieli.

 

 

Source : Ynet, Jpost, Israël Hayom

 

 

 

Augmentation du niveau de vie en Israël

 

Cela fait plusieurs mois que la société israélienne manifeste des signes d’impatience et d’agacement face à l’augmentation indéniable des prix, quasiment à tous les niveaux de la société. L’inflation s’accompagne néanmoins d’une croissance soutenue depuis plusieurs années. En 2010, l’année s’était terminée sur le taux prometteur de 7,6% pour le dernier quart de l’année, poussant vers le haut la croissance annuelle finale, qui finissait à 4,5% de moyenne sur l’ensemble de l’année. Jeudi 16 juin le Bureau Central des Statistiques de Jérusalem publiait les chiffres de croissance du premier quart de l’année 2011. La croissance israélienne sur une base annuelle y est estimée à 4,8%. Les estimations de l’OCDE sont donc revues à la hausse.

 

Mais surtout le niveau de vie général croit de 6,8% depuis le début de l’année. Pour la première fois le Produit Intérieur Brut (PIB), qui croit de 2,6%, atteint le seuil des 110 000 shekels par an et par habitant, et dépasse le seuil des 30 000 dollars avec une annonce à 31 500 dollars. Le Produit National Brut (PNB), quant à lui, est estimé à 840 milliards de shekels et 240 milliards de dollars.

 

Les exportations de biens et services, malgré la baisse du dollar face au shekel, augmentent elles aussi à 14,3% (+ 7%) au premier quart de l’année, sur une base annuelle (contre 11% au dernier quart de 2010). Toutefois les importations de biens et services  montent encore plus et s’élèvent à 28,9% tandis que les importations civiles montent à 45,8%.

 

Sources : Israël Hayom, Identité juive

 

 

 

Exercice national de prévention

 

Exercice-point-d-evacuation-5.jpgDimanche 19 juin s’ouvre dans tout Israël un nouvel exercice national de prévention : « Point d’évacuation 5 ». Israël a mis en place ce type d’exercices de prévention à l’échelle nationale depuis cinq ans et d’importants progrès ont été accomplis. Cette fois-ci l’armée et les services d’urgence mettent à l’œuvre une série de nouvelles mesures. En cas de guerre et de chutes de missiles sur le pays, en plus des sirènes les citoyens seront par exemple informés par SMS des zones susceptibles d’être touchées. Ce sont aussi les parkings des villes, ou encore les nouvelles gares de train et les tunnels des voies rapides qui seront réquisitionnés pour en faire des abris, des lieux de soin d’urgence, des points de rassemblement. L’exercice durera 5 jours afin de tester la capacité de résistance d’Israël à des attaques qui toucheraient tout le pays.

 

Mercredi 22 juin retentiront deux sirènes dans tout Israël, impliquant par là-même tacitement tous les citoyens à l’exercice : l’une à 11 heures du matin pour préparer le public à une heure de travail, la seconde à 19 heures pour les entraîner chez eux.

« Notre message au public est simple », a déclaré le responsable du projet, le colonel Afi Mishouv, « nous devons être prêt à toute éventualité, cet exercice est clairement destiné à sauver des vies ». Un projet de communication destiné à informer la population de la situation en cas de chute de missiles a également été mis en place en 6 langues : hébreu, arabe, russe, Amharique, espagnol et dans la langue des signes.

 

Mercredi auront lieu également des distributions de kits de protection à Tibériade, dans le village de Shefa’Amr, à Raanana et à Hod Hasharon. Reste toutefois à combler la pénurie des masques de protection. Le budget actuel ne permet la protection physique que de 60% des Israéliens, a indiqué le colonel. Il espère que le prochain budget permettra d’en distribuer à tous.

 

 

 

Les petits coins juifs d’Asie

 

 

Erica-Lyons.-Magazin-Asian-Jewish-Life.jpg« J’essaie de mettre en relation les communautés juives d’Asie, ces petites poches de vie juive », c’est l’objectif que s’est fixée Erica Lyons, la jeune américaine qui a créé en 2010 La vie juive d’Asie, un magazine de langue anglaise diffusé à 6000 exemplaires en Asie, auprès des ambassades israéliennes, sur les vol d’El Al ou auprès des institutions juives du continent.

 

A Jérusalem la semaine dernière Erica Lyons présentait son travail au Sommet ROI des jeunes dirigeants. Après avoir vécu plusieurs années à Hong Kong, elle a créé un réseau asiatique focalisé sur les questions juives et israéliennes. Pour nourrir le contenu de son journal Erica s’est entourée de collaborateurs aux quatre coins du monde : aux Etats-Unis, en Israël et dans presque tous les pays d’Asie. Le territoire que couvre la publication est tout simplement immense. Il répond à la demande de communautés vivantes réparties dans toute l’Asie : en Inde, en Chine, en Thaïlande ou ailleurs. Certaines communautés sont déclinantes, comme en Inde, d’autres au contraire florissantes. En Inde, les Juifs sont nombreux à faire leur aliya ou à partir aux Etats-Unis. L’objectif pour Erica Lyons est de préserver l’histoire et la culture de cette communauté plurimillénaire. Ailleurs en Asie, les Juifs sont le plus souvent des expatriés, des Américains, des Français, des Britanniques et aussi des Israéliens. A Shangaï la communauté juive est internationale et voyage beaucoup. Ce sont des Juifs de par le monde, qui vivent en Asie, et que ce journal relie.

 

Mais c’est surtout par leur site internet qu’Erica Lyons et ses collaborateurs touchent le plus de monde. Et de façon surprenante, les lecteurs sont le plus souvent des non-juifs. « En Chine par exemple, il n’y a pas de tradition historique antisémite, bien au contraire les Chinois veulent en savoir plus sur l’histoire des Juifs, et le magazine et son site sont pour cela un excellent moyen » indique Lyons. Elle espère pouvoir bientôt adapter le magazine en chinois.

 

Erica Lyons partage cette envie de connexion juive en Asie avec Rebecca Zeffert, la fondatrice et directrice exécutrice du Centre Israël-Asie, une organisation israélienne sans bénéfice créée en 2009, qui cherche à faire avancer la coopération et la compréhension entre Israël et l’Inde, l’Asie du sud et la Chine. L’organisation qui comprend 30 volontaires, dépend de dons venant essentiellement des Etats-Unis et de Hong Kong. Elle diffuse une newsletter fournissant des informations et des analyses sur les relations entre Israël et l’Asie, sur les plans économique, extérieur et culturel. Cet été le Centre lancera un programme de rencontres et de stages pour des étudiants asiatiques avec des leaders israéliens dans le domaine des affaires mais aussi dans les sciences, la diplomatie ou la technologie. Tandis que La vie juive d’Asie cherche surtout à connecter les Juifs d’Asie et à faire connaître l’histoire et la culture juives, le Centre Israël-Asie s’attache plus aux relations directes entre Asiatiques et Israël.

 

 

 

Affaire Grapel : ça risque de durer encore longtemps.

 

Ilan-Grapel-touriste.jpg« M. Grapel : vous êtes dans de sales draps ». C’est plus ou moins ce qu’aurait déclaré le consulat américain à Ilan Grapel, selon le journal égyptien El Ara’am. Malgré les pressions américaines pour en finir avec ce dossier et libérer le jeune israélo-américain (ce qui avait été laissé entendre la semaine dernière), Ilan Grapel devrait être inculpé pour « espionnage et atteinte à la sécurité nationale » égyptienne. Le procureur général égyptien n’en démord pas : Grapel est accusé d’avoir menti sur son identité aux autorités égyptiennes à son entrée dans le pays (on lui reproche notamment d’avoir prétendu être musulman sur sa demande de visa), d’avoir espionné pour le solde du Mossad auprès de civils égyptiens (en se faisant passer pour un employé d’une agence d’informations étrangère), et d’avoir tenter de recruter des agents. Le journal égyptien El masari el yom publiait en fin de semaine le nom d’une dizaine de jeunes manifestants contre l’ancien pouvoir de Moubarak affirmant l’avoir reconnu dans les journaux. Selon ces témoignages, Grapel les aurait interrogés sur l’autorité supérieure militaire en Egypte, sur les Frères musulmans et sur les relations entre Coptes et Arabes musulmans dans l’Etat.

 

En Israël en revanche l’affaire est jugée grotesque. Le cabinet du premier ministre et le ministère des Affaires étrangères ont répété qu’Ilan Grapel n’appartenait à aucune agence israélienne. Son compte facebook, sa famille et ses amis expliquent bien au contraire qu’Ilan avait entrepris d’aller en Egypte dans le cadre d’un travail universitaire pour une agence internationale d’informations. D’où son intérêt pour la situation en Egypte, la place des militaires, les Frères musulmans et le traitement réservé aux Coptes. Les suppléments du week end dans la presse israélienne n’ont pas hésité à railler l’attitude égyptienne qui vise selon les commentateurs à s’en prendre à Israël. Les photos diffusées montrent Ilan Grapel souriant, tel un touriste qui découvre l’Egypte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format