Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 17:44

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 18 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 16 jours plus tard, le 3 août.

La date du 18 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

Les footballeurs argentins se souviennent

 

Lionel-Messi.jpgL’équipe nationale de football d’Argentine, menée par Lionel Messi la star du FC Barcelone, a appelé son gouvernement à commémorer les victimes de l’attentat de 1994 à Buenos Aires contre l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA).

 

Messi, Carlos Tévez, Javier Mascherano et toute l’équipe ont posé pour une photo sur laquelle il est écrit : ‘’C’est une attaque contre l’oubli. L’équipe nationale n’a pas oublié qu’il y a 17 ans, 85 personnes ont été tuées dans une attaque contre l’AMIA. Vous ne devez pas oublier non plus’’.

 

Les joueurs argentins ont été recrutés pour une campagne de pub par le Congrès juif latino-américain et la compagnie internationale Ogilvy. La campagne est appelée ‘’Attaque contre l’oubli’’. De nombreuses commémorations, programmes de télévision et de radio sont prévus en Argentine, ainsi que des initiatives sur internet. Guillermo Borger, président de la communauté juive d’Argentine a déclaré au journal israélien Yedioth Ahronoth : ‘’Nous avons été très surpris de la rapidité avec laquelle l’équipe a accepté de prendre part à la campagne. Cette attaque a touché tout le peuple d’Argentine et pas seulement les juifs.’’

 

La campagne cherche aussi à faire pression sur la présidente argentine, Christina Kirchner, pour qu’elle fasse ce que ses prédécesseurs n’ont pas fait : punir les responsables de l’attaque. L’investigation menée en 2002 avaient conclu à la responsabilité du Hezbollah et de l’Iran pour l’attaque suicide d’un libanais le 18 juillet 1994 contre l’AMIA et pour l’attentat contre l’ambassade israélienne à Buenos Aires en 1992. L’ancien président Carlos Menem avait été accusé d’avoir reçu 10 millions de dollars de l’Iran pour faire bloquer l’investigation. ‘’L’Iran a refusé de coopérer avec la justice argentine’’ a indiqué Claudio Epelman, directeur exécutif du Congrès juif latino-américain.

 

 

 

Syrie : la livraison d’armes au Hezbollah

 

 

Syrie.jpgLa montée de la contestation en Syrie semble n’avoir aucun impact sur la livraison d’armes de la Syrie au Hezbollah, ou bien au contraire elle l’augmente.

 

La Syrie emploierait l’aide d’experts iraniens et nord-coréens pour faire passer ses missiles sophistiqués sur un site secret, semble-t-il à Jabal Taqsis, une montagne près du bastion de l’opposition à Hama. Le tout serait coordonné par le Centre de recherches et d’études scientifiques de Damas, une organisation sur la liste des sanctions américaines.

 

Selon des sources des services israéliens, mais également selon des sources proches du Hezbollah, le transfert d’armes a commencé lorsque la situation en Egypte était critique, avec les contestations en Syrie, elle s’est accélérée. Les livraisons comprendraient des Scud D et des missiles ballistiques M600 mettant à portée aussi bien Israël, la Jordanie et une partie de la Turquie.

 

Selon le Times, ‘’C’est la première fois qu’une organisation terroriste serait en possession de tels missiles’’. Le Hezbollah ne saurait même plus où les mettre.

 

Selon les services israéliens : ‘’la frontière avec le Liban n’a jamais été aussi calme, mais la menace n’a jamais été aussi forte’’.

 

Israël attaquerait l’Iran en septembre

 

 

Drapeau-iranien.jpgC’est ce que pense Robert Baer, un ancien officier de la CIA qui a passé 21 ans au Moyen-Orient, y compris en Syrie et au Liban. C’est ce qu’il a déclaré à une radio de Los Angeles, sans citer sa source, mais s’appuyant sur les déclarations de Méïr Dagan, l’ancien directeur du Mossad.

 

Selon lui Netanyahou prévoit une attaque sur le site de Natanz et quelques autres afin de ‘’diminuer les capacités’’ de l’Iran. Elle devrait intervenir en septembre, ‘’avant un vote sur un Etat palestinien à l’Assemblée générale de l’ONU’’. Baer a ajouté que Netanyahou cherchait également à impliquer les Etats-Unis dans ce plan et il y aurait ‘’un ordre d’avertissement à l’intérieur du Pentagone de se préparer à un conflit avec l’Iran’’.

 

Néanmoins, contrairement à Dagan, Robert Baer ne pense pas que l’attaque déboucherait sur une guerre régionale, qui n’est pas planifiée, mais plutôt à une escalade de violences. ‘’Les Iraniens frapperaient en retour où ils le pourraient, et ce serait à Basra et à Baghdad’’ en Irak, où les troupes américaines sont plus réduites.

 

Le cabinet du premier ministre à Jérusalem n’a pas répondu à ces dires.

 

 

 

Les relations Iran/Argentine dans la tourmente de l’attentat de 1994

 

Drapeau-argentin.jpgLe ministère des affaires étrangères iranien a proposé à l’Argentine de conduire des ‘’discussions’’ avec les autorités du pays concernant les accusations impliquant l’Iran dans les attentats de 1992 contre l’ambassade israélienne et de 1994 contre l’AMIA (le centre de la communauté juive) de Buenos Aires. L’actuel ministre de la défense iranien, Ahmad Vahidi, l’une des cinq personnes recherchées par Interpol pour ces attentats, chercherait à laver son nom et à renouveler les liens économiques entre l’Argentine et l’Iran.

 

 La campagne en l’honneur des victimes de cet attentat aurait interféré avec la volonté iranienne d’étendre son influence en Amérique du sud. En juin, la Bolivie aurait annulé la visite d’Ahmad Vahidi, suspecté d’être impliqué dans ces attentats.

 

En mars la République islamique d’Iran aurait demandée au gouvernement argentin de mettre fin à l’investigation sur les circonstances de ces attaques. Le journal argentin Perfil a accusé l’Argentine ‘’de ne plus être intéressée par la résolution de ces deux attaques, mais de préférer améliorer ses relations économiques avec l’Iran’’, citant un document iranien l’affirmant. Le procureur d’Etat Alberto Nisman, en charge de l’affaire, a réfuté ces affirmations dans un journal juif local, Prensa Judia, indiquant que l’enquête se poursuit sans entrave.

 

Le ministère des affaires étrangères israélien a également menacé d’annuler la visite du ministre des affaires étrangères argentin, Hector Timerman, si l’Argentine avait effectivement l’intention d’abandonner les poursuites.


Israël, l’Argentine et les Etats-Unis ont tous accusés l’Iran d’être responsable de ces attaques menées par le Hezbollah.

 

 

La revanche d’Israël Beitenou

 

Des membres du parti d’Avigdor Lieberman Israël Beitenou, ont appelé à une ‘’revanche’’ sur Netanyahou après l’annonce par ce dernier qu’il s’opposerait à l’établissement d’un comité parlementaire pour enquêter sur les organisations des droits de l’homme.

 

Netanyahou a précisé : ‘’Il y en a qui ne sont pas d’accord, par conséquent je les laisserai voter librement’’, indiquant par là qu’il ne ferait pas appliquer de discipline de parti (et de coalition) sur ce vote. Il a lui-même indiqué qu’il voterait contre la proposition et qu’il défendrait ‘’la Cour suprême et [protègerait] son pouvoir’’.

 

La députée Faina Kirschenbaum (Israël Beitenou), qui a initié la proposition a déclaré que ‘’la bataille contre les organisations qui supportent directement ou indirectement le terrorisme et nuisent aux soldats de l’armée et au droit d’Israël de se défendre, est nécessaire pour la sécurité et l’existence d’Israël’’. ‘’Il est honteux que les dirigeants du Likoud sacrifient les intérêts essentiels de sécurité, leurs obligations envers les électeurs et les valeurs nationales, pour satisfaire les média et les groupes de gauche’’ a-t-elle ajouté.

 

Pour Lieberman, une discipline de coalition devrait s’appliquer pour le vote de cette proposition comme ce fut le cas pour la loi anti-boycott et comme il fut convenu. Il a menacé alors de ne plus respecter cette discipline. ‘’La coalition a mis en place une discipline, mais certaines factions décident de ne pas s’y tenir. Dans cette situation, la coalition ne peut pas exiger de nous d’être disciplinés’’ a-t-il déclaré. Son premier geste sera de supporter la proposition de la députée Kadima Dalia Itzik maintenant l’âge de la retraite pour les femmes à 62 ans, contre la position du gouvernement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format