Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 10:55

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 17 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 16 jours plus tard, le 2 août.

La date du 17 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

 

Falk ne démissionnera pas

 

Richard FalkRichard Folk refuse de démissionner. Le rapporteur de l’ONU chargé des droits de l’homme en Judée-Samarie et à Gaza réitère ses excuses suite au dessin antisémite posté sur son blog la semaine dernière. ‘’C’était une erreur et je le regrette’’ a-t-il indiqué par téléphone depuis les Etats-Unis où il est chercheur professeur en droit international à l’Université de Californie à Santa Barbara, et ancien professeur de Princeton.

 

A 80 ans, le Professeur a déclaré que les symboles étaient petits sur le dessin et qu’il ne les avait pas vus, jusqu’à ce qu’on les lui montre. On se souvient que le dessin représentait un chien portant une kippa avec une étoile de David, sur lequel était inscrit USA, et qui écrasait un squelette sanglant.

 

Folk a été accusé d’inciter ‘’à la haine contre les Juifs et contre les Américains’’ par plusieurs associations juives, la Ligue Nationale anti-diffamation et des députés américains qui ont demandé sa démission. ‘’C’était une inattention, mais ça n’a rien voir avec mon mandat’’, a-t-il ajouté, il entend poursuivre ce dernier jusqu’à son terme, en 2014.

 

Ce n’est pas la première fois toutefois, que Folk subit de sévères critiques. Le professeur, lui-même juif, n’a pas hésité dans le passé à comparer Israël à l’Allemagne nazie et à demander des comptes au gouvernement américain sur le 11 septembre. Peu après sa nomination au Conseil des Droits de l’homme en 2008, il avait été détenu à son arrivée à l’aéroport Ben Gourion, et expulsé par les autorités israéliennes qui l’ont accusé d’avoir un parti pris contre l’Eta juif.

 

 

 

Les Juifs américain et la loi anti-boycott

 

Les Juifs américains mènent une campagne contre la loi anti-boycott. Les Associations juives américaines, aussi bien de gauche que de droite, se sont unies contre la loi votée lundi par le parlement israélien.

 

‘’Nous sommes très déçus qu’ils aient fait passé la loi’’ a déclaré le rabbin Steve Gutow, directeur du Conseil juif pour les Affaires publiques. Il a ajouté : ‘’nous ne supportons pas les boycotts… D’une certaine façon la loi est anti-démocratique et nous espérons que la Cour Suprême ne laissera pas faire’’.

De même, Morton Klein, président de l’Organisation sioniste américaine a indiqué qu’il étudierait la législation mais qu’il était opposé en principe aux lois anti-boycott. ‘’Personne n’a été plus touché par le boycott du théâtre d’Ariel que moi’’, a-t-il souligné, ‘’mais est-ce que c’est illégal ? Je ne pense pas’’.

 

Le directeur de la Ligue anti-diffamatoire, Abraham Foxman, a jugé la loi inappropriée pour répondre aux boycotts. Selon lui, l’image d’Israël pourrait en souffrir. Ils ont également été rejoints par des groupes plus à gauche comme le New Israel Fund, J Street et Les Américains pour la Paix maintenant.

 

L’ambassade israélienne à Washington a été débordée de coups de fil exigeant des clarifications sur la loi. L’ambassade a indiqué qu’il s’agissait d’un sujet controversé en Israël même et qu’il serait entendu par la Cour suprême, comme dans toute démocratie.

 

 

Enquête sur les ONG israéliennes

 

Des députés d’Israël Beitenou et du Likoud proposent une enquête parlementaire sur l’origine des fonds des organisations qui délégitiment l’Etat d’Israël.

 

Reouven-Rivlin.jpgLe porte-parole de la Knesset Reuven Rivlin, après consultation auprès de Yariv Levin (Likud), le représentant du Comité parlementaire, a annoncé mardi que la Knesset voterait le texte la semaine prochaine. Rivlin a précisé que, bien qu’il n’entende pas faire du parlement un ‘’organe d’investigation du gouvernement’’, il est important de connaître l’origine des fonds des ONG.

 

A l’origine issue d’une motion de la députée Faina Kirschenbaum (Israël Beitenou) en janvier, la proposition a été soutenue par Dany Danon (Likoud) pour être soumis au vote le 20 juillet. ‘’Après avoir voté la loi contre les boycotts, je pense que la Knesset votera en faveur de comités d’investigations pour enquêter sur les fonds des ONG israéliennes, comblant ainsi les failles de la loi qui permet aux extrémistes d’attaquer l’Etat d’Israël, a-t-il souligné.

 

Les ONG susceptibles d’être soumises aux enquêtes ont indiqué dans une déclaration commune de Médecins pour les Droits de l’Homme, du Comité public contre la torture en Israël, et de Yesh Din (sur les droits de la défense), qu’elles n’ont ‘’aucune intention de jouer un rôle dans ce procès politique’’, affirmant que ‘’dans un Etat démocratique, la Knesset surveille le pouvoir exécutif, mais pas le civil ou les organisations sociales’’.

 

Ahmed TibiLe député Ahmed Tibi s’en est pris à ‘’l’appétit d’Israël Beitenou pour le Mc Carthisme’’ qui fait suite au ‘’menu fasciste du Likoud’’. Quant au député Shlomo Molla (Kadima), il a également déclaré que ‘’la Knesset est en train de tomber dans l’abime en suivant tous les caprices politiques de l’extrême droite, qui propose une nouvelle loi anti-démocratique chaque jour.

 

 

 

Tony Blair de retour à Jérusalem.

 

Tony-Blair.jpgL’envoyé du Quartet (Etats-Unis, Union européenne, Russie et Nations-Unies) pour la paix au Proche-Orient, l’ancien premier ministre britannique Tony Blair, prévoit une visite dans la région d’ici quelques jours afin de combler l’échec de la session du Quartet, en début de semaine à Washington.

 

Blair devrait chercher à convaincre l’AP de renoncer à la déclaration unilatérale d’un ‘’Etat palestinien’’ à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre, ce qui pourrait nuire aux négociations et empêcher les pourparlers de reprendre.

 

La réunion du Quartet avait notamment échoué suite au refus du ministre des Affaires étrangères russe, Sergei Lavrov, d’accepter une déclaration reconnaissant Israël comme Etat juif. Selon Nabil Saath, délégué du Fatah pour les relations internationales, qui a rencontré Lavrov à Moscou la semaine dernière, Lavrov aurait également évité des pressions du Quartet contre la déclaration unilatérale de l’AP.


En prévision de la visite de Tony Blair, un officiel israélien a indiqué qu’Israël continuerait à ‘’montrer de la flexibilité’’, acceptant en principe une formule prenant pour base les frontières de 1967, avec des échanges de territoire, qui comprendrait également une reconnaissance d’Israël comme Etat des Juifs, une absorbation des réfugiés arabes en dehors de l’Etat d’Israël et qui s’assurerait de mesures de sécurité pour éviter qu’Israël soit attaqué à partir des territoires d’où il se retirerait.

 

Si les palestiniens acceptent de montrer de la flexibilité eux aussi, a déclaré cet officiel, ce ne sera que suite à la pression de la communauté internationale.



Les Haredim et la fraude fiscale

 

Voir notre article  Israël et la laïcité : la menace démographique

 

Haredim contre policeDe violentes protestations ont éclaté une nouvelle fois mercredi matin dans le quartier de Mea Sharim, lorsque des fonctionnaires de l’Etat ont pénétré dans un abattoir de volailles appartenant à Yoelish Krois, les dirigeants officieux du mouvement ultra-orthodoxe Eda, un petit groupe antisioniste. L’affaire de Krois opère depuis une dizaine d’année sans les licences nécessaires. En 2004, a indiqué un porte-parole de la municipalité de Jérusalem, l’abattoir avait déjà reçu un ordre de fermeture mais les fonctionnaires, experts et vétérinaires ont toujours été accueillis à coups de violence.

 

La police accompagnait cette fois les fonctionnaires des autorités fiscales, qui sont intervenus après une longue enquête démontrant des fraudes fiscales sur d’importantes sommes. Six policiers ont été blessés sous les coups de jets de pierre, de barres de fers et de cocktail Molotov des manifestants.


La police a rejeté l’accusation selon laquelle elle serait intervenu précisément mercredi pour éviter une conférence prévue par les tenants du groupe, visant à appeler à une nouvelle protestation ce samedi sur la rue Hanevi’im, pour empêcher tout véhicule de s’y déplacer. Ces dernières semaines cette rue a été l’objet de multiples violences suite à la fermeture de la rue Jaffa aux voitures, désormais réservé au futur tramway.

 

Selon la radio de l’armée, s’appuyant sur une décision de la Cour suprême autorisant la municipalité à fermer des rues à la circulation si au moins 75% des habitants en manifestaient la volonté, le mouvement Eda aurait identifié 42 rues qui rempliraient les conditions dans la ville et en exige la fermeture le Shabbat. La municipalité affirme n’avoir reçu aucune demande de ce type. ‘‘Faire sauter le statu quo dans la ville ne fait pas partie de notre agenda’’ a déclaré le porte-parole de la mairie.

 

 

Ishaï contre le regroupement familial

 

Elie (Eliyahu) Ishaï (Shass)Le ministre de l’intérieur Eli Ishaï a demandé au gouvernement de prolonger pour six mois une ordonnance interdisant le regroupement familial entre partenaires israéliens et palestiniens, sauf si l’homme palestinien est âgé de 36 ans ou plus, ou la femme palestinienne de 26 ans ou plus.

 

Cette ordonnance limite significativement la capacité pour un Israélien de vivre avec un époux palestinien. Le règlement viserait à éviter le regroupement de centaines de familles, particulièrement des Bédouins du Néguev. En 2007, un rapport du Shin Beth, les services de sécurité intérieure, avait montré que 14% des attaques terroristes en Israël étaient effectuées par des individus qui possédaient une carte d’identité israélienne dans le cadre d’un regroupement familial. Les responsables de la sécurité craignent que des organisations terroristes fassent passer leurs membres en Israël en arguant qu’ils sont les légitimes époux de citoyens israéliens.

 

Cette décision est néanmoins très controversée auprès des juges comme de la classe politique. Ishaï souhaiterait en faire une proposition de loi favorisant ‘’ le long terme et les intérêts de sécurité de l’Etat d’Israël’’. Le député Ahmed Tibi (Liste arabe Ta’al) a déclaré que ‘’la logique qui sous-tend la loi n’est pas la sécurité mais plutôt la démographie’’.

 

 

 

Contre boycott de l’AP

 

Suite à la loi anti-boycott votée lundi en Israël, l’AP appelle à boycotter les compagnies israéliennes qui respecteraient la loi.

 

Le ministre de l’économie de l’AP, le Docteur Hassan Abu Libdah a déclaré que ‘’les palestiniens boycotteraient les compagnies israéliennes qui obéiront à la loi’’. Selon lui ‘’cette décision prouve qu’Israël prépare le terrain à l’option d’un seul Etat, bi-national’’. Selon l’Agence de presse Maan, Libdah aurait déclaré dans une conférence de presse : ‘’Israël essaie de forcer la réalité, éviter l’établissement d’un Etat palestinien. Ca fait partie du mécanisme d’occupation’’. Il a ajouté que l’AP mènerait une campagne sur l’opinion de la communauté internationale et continuerait à ‘’boycotter les produits des implantations juives tout en travaillant à les supprimer de la vie et des terres du peuple palestinien’’.

 

Catherine-Ashton.jpgLa porte-parole de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, a indiqué être concernée par les effets de la loi anti-boycott sur la liberté de parole des citoyens israéliens et d’organisations politiques non violentes.

 

A Washington en revanche, le département d’Etat américain a précisé qu’il n’avait pas à commenter cette loi compte tenu du fait qu’il s’agissait d’une affaire intérieure au pays. Le porte-parole et député Mark Toner a indiqué qu’Israël était ‘’une démocratie vivace dotée de fortes institutions permettant à ses citoyens de faire part de leurs inquiétudes’’.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format