Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 13:58

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 12 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 15 jours plus tard, le 27 juillet.

La date du 12 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

Les enfants de Sderot traumatisés

 

Sderot.jpgUne étude révèle qu’un tiers des habitants des villes où sont tombées des roquettes souffrent de traumatismes. Le chiffre augmente chez les enfants. A Sdérot, 70% des enfants souffrent au moins d’un syndrome de stress post-traumatique, selon Natal, un centre traumatique pour les victimes de la guerre et du terrorisme.

 

Pour Shaked Harush, une enfant de 11 ans de Sdérot, depuis qu’un Qassam est tombé à quelques mètres d’elle, elle refuse de quitter sa maison sans ses parents, elle est effrayée par le moindre bruit, et court se réfugier dans sa chambre, en hurlant ; impossible également de regarder les informations en sa présence ou de prononcer certains mots, comme ‘’Qassam’’ ou ‘’alerte rouge’’.

 

L’étude de Natal a suivi 518 adultes et 570 enfants victimes des chutes de roquettes. A Sdérot 50% revivent le traumatisme des explosions, 41% souffrent de surexcitation, 20% connaissent tous les symptômes d’un stress post-traumatique et 12% ont des troubles du comportement.

 

Chez les adultes aussi. Esther Itiel a 56 ans, elle a vécu 30 ans à Sdérot. Lorsqu’un Qassam est tombé à côté de sa maison, elle a fui à Givat Shmuel, laissant derrière elle un mari et trois enfants. Souffrant de stress post-traumatique, elle a suivi une thérapie au centre Natal. Elle n’est revenue à Sdérot qu’après qu’ait été posé un abri dans sa maison. Mais chaque avion, chaque bus, chaque ambulance, réveille son anxiété.

6400 personnes sont soignées au centre de Sdérot, 3500 enfants et 500 enseignants reçoivent un traitement psychologique à l’intérieur même du système scolaire. ‘’C’est particulièrement pendant les temps d’accalmie que les personnes commencent à ressentir le tumulte qui agit en eux’’ indique Hila Barzilay, directrice du Centre ‘’Resilience’’ qui fournit des conseils à la population et soigne 400 patients par an. ‘’Le traitement fonctionne bien, précise-t-elle, mais ces choses-là prennent du temps, les symptômes se réveillent parfois des années plus tard et personne ne peut prédire lorsqu’ils apparaitront’’.

 

 

 

Une loi de castration chimique en Israël ?

 

Une nouvelle proposition de loi envisage la castration chimique pour les délinquants sexuels. Le Comité pour la Loi, la Justice et la Constitution a délibéré dimanche dernier sur une loi qui pourrait changer totalement le traitement des délinquants sexuels par l’Etat.

 

Le plan prévoit un coût de 23 millions de shekels (6.75 millions de dollars) par an et permettrait aux délinquants de contrôler leur pulsion sexuelle afin de pouvoir se réinsérer dans la vie civile et au travail.

 

David RotemCette proposition de loi remonte à 2006, les deux premières parties ont déjà été appliquées et la troisième concerne la réinsertion des délinquants sexuels. Elle doit être approuvée en deuxième et troisième lecture de la session d’été. Selon la proposition de loi, tout délinquant sexuel de ‘’risque faible’’ pourra recevoir ces soins. Le traitement combine l’administration de drogues chimiques et un suivi mental intensif pour que le patient apprenne à contrôler ses pulsions. Le nouveau système commencerait dès la peine de prison et s’étalerait sur le long terme, diminuant ainsi les risques de récidive et favorisant la réinsertion. Il est défendu avec vigueur par David Rotem (Israël Beitenu), représentant du Comité, pour qui cette mesure protègerait le public de ces délinquants.

 

 

Terrorisme : plainte conte une banque chinoise

 

Chine84 victimes israéliennes du terrorisme portent plainte contre la Banque de Chine pour ses liens avec le Hamas. Le Centre Israël Law affirme que la banque a ‘’aidé et encouragé le terrorisme’’ en permettant des transferts bancaires vers le Hamas et le Jihad islamique.

 

Un juge de la Cour suprême de l’Etat de New York a statué vendredi sur la poursuite du procès, connu sous le nom de ‘’Almaliakh action’’, du nom d’Emil Almaliakh, résident d’Eilat tué par une bombe humaine en 2007. Pour l’avocat du Centre Israël Law Nitsana Darshan-Leitner, cette décision crée un précédent qui permettra aux victimes du terrorisme d’avoir recours à la justice américaine pour obtenir des dédommagements de la part des institutions qui favorisent le terrorisme. Dans ce cas le groupe a fait appel à une ancienne loi américaine qui donne le droit à des personnes qui ne sont pas citoyens américains d’instruire un procès en cas de terrorisme. Selon les plaignants l’argent aurait été transféré d’Iran et de Syrie sur le compte de Said al-Shurafa à Guangzhou, en Chine, un agent majeur du Hamas et du Jihad Islamique, qui l’a transféré ensuite à Gaza et en Judée-Samarie.

 

Pour la Banque de Chine cependant, le Hamas n’est pas considéré comme une organisation terroriste en Chine, et le procès devrait se tenir en Chine, pas aux Etats-Unis. Mais les plaignants affirment que la banque auraient dû savoir que ces transferts étaient illégaux compte tenu des sommes retirées en liquide. C’est la banque, par ces transferts, affirment-ils, qui a permis les dommages.

 

La prochaine séance du procès est prévue pour le 14 septembre. Les plaignants devraient réclamer tous les détails du compte. Confiants, ils affirment avoir toutes les preuves que l’argent est venu de Syrie et a été transféré au Hamas.

 

 

 

Des découvertes dans l’ADN pour la lutte contre le cancer

 

Des scientifiques de l’Université hébraïque de Jérusalem ont obtenu d’importants résultats concernant le développement du cancer. Le chercheur et professeur Batsheva Kerem et son doctorant Efrat Ozeri-Galai, de l’Institut Alexander Silverman pour les sciences de la vie à la faculté des Sciences de l’Université, ont pour la première fois identifié les zones de l’ADN les plus sensibles à une cassure responsable d’un cancer. Cette découverte devrait être publiée vendredi dans le prestigieux journal scientifique Molecular Cell (Cellules moléculaires).

 

L’ADN codifie l’information génétique nécessaire au développement des protéines cellulaires. Une cassure dans une zone de l’ADN perturbe le système et provoque d’importants changements dans la fonction des cellules. Ces changements impliquent des défauts dans le contrôle de la prolifération cellulaire, et débouchent sur le développement d’un cancer.

 

L’équipe de recherches a eu recours à une méthodologie sophistiquée permettant d’étudier la base des sites fragilisés. Elle a ainsi localisé des sites où la réplication de l’ADN est ralentie voire stoppée. Des conditions souvent provoquées par le stress.

 

Cette étude révèle le mécanisme moléculaire qui provoque le développement de cancers. Ils espèrent que cette découverte permettra le développement de nouvelles approches thérapeutiques capables de restreindre voire de soigner le cancer.

 

 

 

Mini crise entre Israël et le Mexique

 

Mexique.jpgUn examen dans une école mexicaine a provoqué une mini crise diplomatique entre Israël et le Mexique. L’examen de géographie en question comportait une question anti-israélienne. Les officiels mexicains se sont excusés, et ont invoqué une ‘’erreur externe’’, l’examen ayant été rédigé par un conseiller extérieur payé pour sa rédaction et non pas par un bureau officiel. Le ministère mexicain de l’éducation a envoyé une lettre d’excuse au ministère des Affaires étrangères israélien, signée par le ministre Alonso Lujambio.

 

Dans le test de géographie, les réponses aux raisons économiques expliquant le conflit israélo-palestinien, comprenaient celles-ci : ‘’La communauté juive a utilisé des méthodes biaisées et racistes contre la population arabe lorsque l’Etat d’Israël a été fondé’’ et ‘’Israël utilise sa supériorité militaire pour contrôler les frontières, les routes, l’espace aérien et l’espace maritime’’.

 

La question a provoqué des protestations au sein de la communauté juive mexicaine. L’affaire intervient alors qu’une nouvelle statue à l’image de l’ancien chef de l’OLP Yasser Arafat a été inaugurée à Mexico City. Une cérémonie a eu lieu il y a quelques semaines en présence de l’ambassadeur de l’AP au Mexique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format