Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:37

Ces articles ont été écrits pour la newsletter et le site www.israel-infos.net.

Pour des raisons techniques, la newsletter n'a pas pu paraître le 11 juillet.

Avec autorisation nous les reproduisons 15 jours plus tard, le 26 juillet.

La date du 11 juillet ci-dessus correspond à la date où ils auraient dû paraître. La magie de l'informatique fait que nous pouvons changer la date à notre guise.

 

Par Misha Uzan

 

Tram de Jérusalem

 

La dernière inauguration était prévue pour avril 2011… mais le tramway n’est toujours pas sur rail. Cet ambitieux projet d’1.2 milliard de dollars ne touche toujours pas à sa fin.

 

Tram de JérusalemDepuis 2010 les tests du tramway de Jérusalem se poursuivent : il est beau et agréable mais ne fonctionne toujours pas. On ne compte plus les retards du projet. C’est une histoire de près de 20 ans. En 1995 la municipalité hiérosolomytaine a pris la décision de construire un tramway censé améliorer les transports en commun de la ville. Il était prévu à l’origine pour 2006. Mais les constructions n’ont commencé qu’en 2002. Pendant des années les commerçants ont souffert des travaux à répétition qui ont nui à la circulation des passants. ‘’Ils ont dit 2006, puis ça a été retardé à 2008, ensuite 2009. Maintenant c’est 2011. Je ne suis pas sûr que ce soit prêt en 2012’’ a déclaré un commerçant du marché central Mahane Yehuda à la presse. Or les faits lui donnent une fois de plus raison : selon les officiels du projet, l’inauguration du mois d’août sera encore repoussée de quelques semaines, voire quelques mois. Pour des raisons de sûreté et de sécurité qui restent encore à vérifier, on parle maintenant de novembre 2011.

 

Depuis 2005, Citypass, le groupe d’entreprises — qui inclut Alstom Israel (filiale du français Alstom) et Veolia Israel (filiale du français Veolia) — qui construit le tramway, est confronté à une succession de difficultés d’ordre technique et sécuritaire. En 2008, le maire fraichement élu de Jérusalem avait envisagé un arrêt total des constructions mais le point de non retour avait été atteint. Il a fallu entre autres refaire le système électrique, prendre des mesures contre d’éventuelles attaques suicides, éviter une grève des employés. A cela se sont ajoutées des contestations d’ordre politique de la part de l’Autorité palestinienne et de groupes de pression accusant Alstom et Veolia d’être ‘’partenaire du crime d’expansion de l’implantation’’ juive. C’est ce qu’avait déclaré Dimitre Deliani, membre du Conseil révolutionnaire du Fatah, sous prétexte que la ligne du tramway dessert également Jérusalem-est, revendiquée par l’AP pour devenir la capitale d’un éventuel futur ‘’Etat palestinien’’.

 

Tous espèrent maintenant voir le bout du tunnel. Pour Shmuel Alghrabi, conseiller stratégique au JTMT, le projet va révolutionner les transports à Jérusalem. ‘’Ce fut une longue et difficile naissance, mais nous y sommes presque’’ a-t-il déclaré.

 

 

 

Tensions entre l'AP et les Usa

 

Des signes de tension sont apparus ce week end entre l’Autorité palestinienne et les Etats-Unis, faisant suite à la visite à Washington des deux responsables palestiniens Saeb Erekat et Nabil Abu Rudaineh.

 

Les discussions avec Washington n’ont produit aucun résultat a reconnu Saeb Erekat à son arrivée à Amman. ‘’Ils nous ont informé qu’ils utiliseraient leur veto si nous allions au Conseil de sécurité’’ pour déclarer un ‘’Etat palestinien’’ a-t-il indiqué. ‘’Ils nous ont aussi précisé que le Congrès voterait en faveur d’une interruption de l’aide financière à l’AP si nous procédions à nos plans à l’ONU’’ a-t-il ajouté. Des décisions ‘’inacceptables et injustifiées’’ selon lui.

Erekat et Rudaineh se sont entretenus notamment avec David Hale, l’émissaire américain pour la paix au Moyen-Orient et Dennis Ross, conseiller pour le golfe persique et l’Asie du sud-est auprès d’Hilary Clinton.

 

Hilary-Clinton.jpgMalgré ces informations, les membres de l’AP entendent poursuivre leurs efforts pour obtenir un Etat en Septembre, ‘’et nous ne retournerons pas en arrière’’ a indiqué Nimer Hammad, conseiller politique de Mahmoud Abbas. Le négociateur de l’AP Nabil Sha’ath a précisé qu’ils mèneraient une ‘’vraie bataille’’ pour rallier de nombreux pays à leur déclaration. Il a indiqué que 115 Etats avaient déjà reconnu l’ ‘’Etat palestinien’’ et que 20 autres étaient attendus pour septembre.

 

Gaza  : des produits mais pas de clients

 

‘’Ici vous trouverez une large variété de chocolats, même certains que vous ne trouverez pas à Tel Aviv’’ se vante Maher Khoudari, un épicier gazaouï, rapporte le quotidien israélien Yediot Aharonot. Le problème est qu’il n’y a personne pour les acheter.

 

‘’Israël a beaucoup fait pour éviter la famine à Gaza’’ affirme l’économiste gazaouï Omar Shaban, ‘’mais la crise humanitaire à gaza concerne l’éducation, le développement, et l’emprisonnement’’. Depuis 2010 en effet, Israël autorise presque toutes les denrées alimentaires et matières premières à passer dans la bande de Gaza, mais avec un chômage de près de 70%, beaucoup restent des produits de luxe que la majorité ne peut pas se permettre. Selon l’armée israélienne, le nombre de cargos en route pour Gaza a augmenté de 66% en un an, des petits projets de construction se développent tout comme des produits chers comme des voitures ou des réfrigérateurs, mais le blocus se maintient néanmoins sur certains matériaux de construction et sur l’exportation.

 

Pour Israël, les mesures ont pour but d’affaiblir le Hamas, considéré comme un groupe terroriste et qui détient toujours le soldat Gilad Shalit enlevé en 2006, et pour prévenir la contrebande d’armes sur ce territoire. Israël veut éviter que le Hamas détourne ces matériaux pour fabriquer des bombes menaçant Israël. Néanmoins cette politique n’a pas atteint ses objectifs face aux nombreux tunnels construits sous la frontière égyptienne et les taxes imposées par le Hamas sur ce trafic.

 

Selon le Fonds monétaire international, l’économie de Gaza a progressé de 16% dans la première moitié de 2010, mais ce chiffre serait notamment dû à la situation dépressive de l’année précédente. Malgré les allègements du blocus et les mesures prises par Israël pour booster l’économie, le niveau économique à Gaza resterait inférieur à celui de 2006, avant la prise du pouvoir par le Hamas.

 

 

 

Richard Falk antisémite ?

 

 

Richard-Falk.jpgRchard Falk, le rapporteur de l’ONU chargé des droits de l’homme en Judée-Samarie et à Gaza est accusé d’antisémitisme. Dans un article posté la semaine dernière sur son blog et accusant l’intervention en Lybie d’être politiquement motivée, Falk a joint un dessin sur lequel figure un chien sur le ventre duquel est écrit USA, qui porte une kippa et qui urine sur une représentation de la justice tandis qu’il dévore un squelette sanglant.

 

L’organisation de surveillance de l’ONU a envoyé une lettre au bureau du Haut commissaire pour les Droits de l’Homme de l’ONU (OHCHR) Navi Pillay, l’appelant à condamner Falk pour avoir incité ‘’à la haine contre les Juifs et contre les Américains’’. Dans un premier temps, Falk a prétendu au mensonge et a retiré le dessin de son blog. Il a déclaré à ce sujet : ‘’Je n’ai peut-être pas compris le dessin … Je n’ai certainement pas réalisé qu’il pourrait être vu comme antisémite, et je ne le réalise toujours pas’’. Falk a ensuite déclaré qu’il avait pris la kippa (sur laquelle figure une étoile de David) pour un casque et s’est excusé, reconnaissant le caractère antisémite du dessin.

 

Néanmoins Abraham H Foxman, directeur de la Ligue Nationale anti-diffamatoire aux Etats-Unis a demandé au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU de limoger Falk. Selon lui un tel comportement ‘’est fondamentalement opposé aux valeurs et aux idées qu’un rapporteur du Conseil des Droits de l’Homme doit défendre’’. Et pour Ileana Ros-Lehtinen, représentante au Comité des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants aux Etats-Unis, le Congrès américain devrait geler le financement du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU jusqu’à ce qu’une réforme soit intervenue.

 

 

Yoni Netanyahou : tombé il y a 35 ans

 

Yoni Netanyahu. 1973On commémorait vendredi, avant le week end, sur le mont Herzl où sont enterrés les soldats morts au combat, la disparition du lieutenant colonel Yoni Netanyahou, le frère de l’actuel premier ministre, décoré de la médaille pour services rendus à l’Etat.

 

Yoni Netanyahou fut le commandant et le seul tué du commando d’une opération militaire, qui reste dans les annales comme une des plus grandes réussites de Tsahal : l’opération d’Entebbe en 1976. Cette année-là un groupe composé de deux terroristes du FPLP et de deux allemands membres de la Fraction armée rouge ou Bande à Baader, détournent un avion d’Air France et se posent en Ouganda, dirigé par le dictateur Idi Amin Dada. Quelques jours plus tard un raid israélien parvient à libérer les otages. Il y eut trois morts parmi les otages et un parmi le commando israélien : Yonathan Netanyahou. C’était dans la nuit du 3 au 4 juillet 1976.

 

Une cérémonie a pris place vendredi en souvenir de cette opération il y a 35 ans. Y prirent place le président de l’Etat Shimon Peres, le premier ministre Binyamin Netanyahou et sa famille, notamment son père le professeur Ben Zion Netanyahou qui a lu le Kadish pour son fils, le ministre de la défense Ehoud Barak, le chef des armées Benny Gantz qui a rendu hommages aux héros de la patrie, mais aussi le chef de la police israélienne Yohanan Daninou, le chef du Shabach Yoram Cohen, le rav Méïr Lao, les membres du commando et les amis de Yoni Netanyahou.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format