Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 13:48

Article d'Alain-Shraga Blum du site Israel7.com

www.Israël7.com (Arutz7)

 

 

Remarque préliminaire : Le contenu de cet article met en évidence le fossé abyssal qui existe entre
les Juifs en Israël et les ennemis qui les entourent, quant à la valeur de la vie humaine. En
ces jours où Israël est Sali et calomnié, il faut que le monde sache.


Aroutz-10.pngLe journaliste de la chaîne « Aroutz 10 » Shlomi Eldar, spécialisé dans la Bande de
Gaza a réalisé un film documentaire d’une rare intensité, qui retrace un événement
auquel il a été personnellement et intiment lié : « Haïm Yekarim » (« Précieuse Vie »).
L’histoire se déroule durant l’Opération « Plomb Durci », en janvier 2009. Ne pouvant
plus entrer dans la Bande de Gaza, le journaliste est en panne de travail, lorsqu’il reçoit
soudain un appel téléphonique d’un médecin de l’hôpital « Tel Hashomer », Dr. Raz
Somekh’, qui lui propose de venir faire un reportage sur un fait dramatique : un couple
de palestiniens de Gaza, ayant déjà perdu deux filles des suites d’une maladie génétique,
ont obtenu le droit de faire transférer leur troisième enfant également atteint, Muhamad
Abou Mustapha, quatre mois et demi, dans le Département Hémato-Oncologique de
l’Hôpital israélien. L’enfant est à l’article de la mort, et ses parents sont désespérés.
Après avoir hésité, le journaliste accepte, se rend au chevet de l’enfant et décide de
réaliser un documentaire sur le combat pour sauver la vie de ce bébé et sur le tissu
de relations qui se crée entre lui, les parents et l’équipe médicale. Raïda, la mère, qui
s’adresse à un Israélien pour la première fois, explique au journaliste qu’il faut penser
au financement des soins et de la greffe de moelle osseuse, et que la famille n’a pas les
55.000 dollars nécessaires. Shlomo Eldar tente alors de trouver de l’argent chez des
connaissances, mais en vain. Il décide alors, en dernier ressort, de parler de ce cas lors
d’un journal télévisé. Il explique la situation désespérée de l’enfant, et lance un appel
de fonds pour le sauver, tout en se disant en son for-intérieur « que c’est peine perdue,
car quel Israélien accepterait, en pleine guerre contre le Hamas, de mettre la main à la
poche pour sauver un Palestinien, fusse-t-il un enfant !!» Dans les minutes qui suivent,
le standard est assailli par des coups de téléphone, et un donateur anonyme fait savoir
qu’il prendra en charge toute la somme, mais à condition de rester anonyme. Après
des recherches, le journaliste apprendra qu’il s’agissait d’un juif, qui a perdu un fils au
En apprenant la nouvelle, la mère de l’enfant dit au journaliste : « Vous, les Juifs, vous
vous comportez vraiment de manière très étrange ! »


The Edith Wolfson medical centerLe documentaire retrace alors de manière très émouvante, le travail, l’acharnement de
l’équipe médicale pour sauver cet enfant, les espoirs, les doutes, la peur, puis la victoire.
Il retrace aussi les pensées contradictoires, qui traversent le Dr. Somekh’ qui soigne cet
enfant, et qui en même temps part comme volontaire au front dans la Bande de Gaza.
Il décrit les craintes de la maman, qui est persuadée au début que les médecins veulent
tuer leur enfant, ou que le journaliste veut tourner un film de propagande et que les soins
cesseront dès qu’il aura le dos tourné. Et ses discussions avec le père, Fawzi, qui voit
ces Juifs qu’il maudit à longueur d’année, en train de tout faire pour sauver son enfant
comme si c’était l’un des leurs. Et qui y réussiront.


La partie la plus tragique et la plus édifiante de documentaire, et celle qui a poussé
Shlomi Eldar à interrompre momentanément le tournage. Un soir, alors que le père
était retourné chez lui, laissant sa femme dans la chambre d’hôpital en compagnie du
journaliste, une discussion à bâtons rompus commence entre eux sur le sujet des fêtes
religieuses. Et soudain, la femme regarde le journaliste avec des yeux coléreux, et
elle commence un long monologue sur la « culture terroriste » en lui assénant : « Je
voudrais que mon fils soit un jour un Shahid (Martyr), et j’aimerais qu’il se fasse
sauter à Jérusalem, car cette ville est à nous ! Vous comprenez cela ??!». Le journaliste
avouait qu’il avait reçu cela « comme un coup de poing dans le ventre ». Et la femme
renchérissait : « Nous n’avons pas peur de la mort, depuis le berceau, même les bébés
encore plus petits que notre Muhamad n’on pas peur, et nous allons tous nous sacrifier
pour Jérusalem. » Et voyant la colère du journaliste, elle lui dit : « Tu es en colère ??
Et bien sois en colère !!! Nous n’avons pas la même culture que vous. Chez nous, c’est
comme ça. Nous chantons et dansons quand l’un des nôtres meurt en Shahid. C’est une
chose extraordinaire ! » Et au moment où elle vantait la mort de ceux qui assassinent des
Juifs, deux femmes juives entraient dans la chambre pour apporter des jouets pour le petit
Muhamad désormais hors de danger.


Le journaliste écoeuré décidait alors de stopper pour un temps le tournage du
documentaire, s’estimant trahi et avouant « ne pas comprendre comment une femme, une
mère, ait pu rester des jours et de nuits à pleurer pour que vive son bébé, et souhaitant en
même temps qu’il meurt un jour en martyr. Est-ce la même femme ? »
Le documentaire n’a qu’un seul défaut, typique de la plupart des journalistes israéliens :
il évoque un (faux) paradoxe entre un médecin juif sauvant un bébé palestinien, pendant
que des soldats tuent des civils à Gaza.


Mais il vaut la peine d’être vu car il provoque un profond malaise, voire une révolte,
qui traduisent bien les dilemmes moraux qui agitent les Israéliens. Il sera projeté lors du
Festival du Cinéma de Jérusalem le 10 juillet.
Il est à espérer qu’il soit présenté sur les écrans à l’étranger, afin que le grand
public sache dans quel environnement civilisationnel et moral se trouve l’Etat juif.

 

 

Alain-Shraga Blum

www.Israël7.com (Arutz7)

ISRAEL7

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain-Shraga Blum - dans Ils ont dit. Ils ont fait
commenter cet article

commentaires

Pichenette 21/07/2010 08:20



celui-ci: la valeur de la vie!Ce sont des circonstances différentes, des histoires différentes mais au final partout le même désespoir, le même gâchis et la même incompréhension.



Pichenette 19/07/2010 23:06



Bonsoir Mishauzan. De retour du festival d'Avignon où j'ai vu le spectacle de Manuel Pratt: "Algérie, contingent 56", j'ai pensé à cet article que j'avais lu sur ton blogue.


http://ciemanuelpratt.free.fr/algerie.htm


Je pense aussi à ce livre: "Dans la ville des veuves intrépides", dont chaque chapitre de l'histoire est rythmé par les témoignages de tous les acteurs du conflit.


Dans une guerre, un combat, un conflit, une révolution, peu importe le nom, le lieu, l'époque, tous sont victimes. Acteurs-victimes.



MU 20/07/2010 23:55



Bonsoir Pichenette,


Ca a l'air intéressant. A quel article penses-tu que tu avais lu sur mon blog, ça ne me dit rien...


Peux-tu m'éclairer?



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format