Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 13:25

Denis-Bauchard.jpg

Note personnelle (MU) : C'est ce qu'exprimait Denis Bauchard (Institut Français des Relations Internationales) dans un article publié dans Le Monde (voir plus bas la réponse de P-A Taguieff.

M. Bauchard aurait pu pour le moins innover dans ses termes, l'accusation d' "intransigeance politique" envers Israël est récurrente depuis sa création. A en croire ces accusateurs d'Israël, Ben Gourion, Sharett, Dayan, Begin, Méïr, Sharon, Olmert ou quique ce soit d'autre, c'est toujours Israël l'intransigeant.

On ne parle jamais en revanche de "pays arabes intransigeants", d' "Arabes intransigeants", de l'intransigeance de l'Egypte, de la Syrie ou de n'importe quelle population arabe.

Il faut lire pour s'en rendre compte mon article tiré de mon mémoire :  Israël et les intellectuels français, de 1967 à 1982.

Lire aussi pour comprendre le manque de critique répété vis-à-vis des pays arabes :Mahmoud hussein, les arabes au présent. Des positions qui par leur unilatéralisme ne font pas avancer les choses.

 

...

Les Editions Provinciales. P-A Taguieff.

 

Si vous voulez savoir ce que l'on pense dans Le Monde, Denis Bauchard (Institut Français des Relations Internationales) résume assez la situation : « Le Moyen-Orient change. Israël, frappé de stupeur, se fige dans une attitude de repli ».


« Il est probable que la mise en place de gouvernements démocratiques conduira les pays arabes à promouvoir des politiques plus fermes et plus exigeantes à l'égard d'Israël », écrit-il. Ainsi en Égypte faut-il s'attendre à « une politique étrangère plus soucieuse de refléter les sentiments d'une population restée fondamentalement hostile à Israël ». Cela maintenant est bien connu. Quant aux Palestiniens « ils ne peuvent qu'affirmer plus vigoureusement leurs aspirations démocratiques » : on tremble, et M. Bauchard décèle « la possibilité de nouvelles formes d'action, par exemple des manifestations spontanées et massives ». Comment l'expert de l'IFRI peut-il prévoir ou même concevoir qu'une telle « forme d'action » puisse être « spontanée » ? Mystère.

 

En tout cas le Hamas a « évolué ». Se décide-t-il à reconnaître enfin (le droit à) l'existence d'Israël, à respecter les précédents accords de paix, à mettre un terme à sa violence ? Que non ! Cependant selon M. Bauchard « toutes les conditions techniques sont maintenant réunies » pour permettre « la création d'un État palestinien viable, ayant tous les attributs de la souveraineté... » Tous, voilà la « fenêtre d'opportunité » que devrait aussitôt saisir l'État hébreu.

 

Car « Israël vit maintenant en sécurité ». Serait-ce en raison de sa barrière de protection, ou de son action si décriée à Gaza ? M. Bauchard ne le dit pas, mais « les tirs sporadiques [sic], à partir de Gaza ont cessé ». Dès lors l'« intransigeance politique » d'Israël et les refus de son actuel gouvernement ne visent évidemment qu'à « éviter de s'engager dans de véritables négociations » ; et le fait pour ces Juifs d'appeler la Cisjordanie la Judée-Samarie, « la terre de nos ancêtres », ne montre que leur volonté d'en conserver le contrôle, sans « s'intégrer dans un Moyen-Orient qui aspire à la démocratie ». Le refus du « droit au retour » notamment (des "réfugiés" palestiniens et surtout de leurs millions de descendants à l'intérieur des frontières, quelles qu'elles soient, de l'État d'Israël)  fait partie de ces « bases de discussions inacceptables pour l'Autorité palestinienne ». Comme dans la théorie compliquée du jeunisme, c'est l'irrespect qui établit le droit, et « Israël (qui) doit renoncer à son intransigeance politique ».

 

En effet, « même avec un veto américain au Conseil de sécurité, un vote de l'Assemblée générale [de l'ONU en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien en septembre], à une forte majorité comprenant notamment des pays européens, ferait apparaître l'ampleur de l'isolement diplomatique d'Israël. » Dès lors l'axiome « Il est pourtant sûr que seule la création d'un tel État assurerait à terme la sécurité d'Israël », seule certitude ici-bas d'une telle ampleur, commande l'impératif catégorique : « une initiative de la communauté internationale avant qu'il ne soit trop tard ».

Voilà ce que l'on pense dans Le Monde (édition datée du 2 juillet, « Demain, une Palestine indépendante ? »), mais si vous voulez savoir (quoi en) penser, lisez plutôt le nouveau livre de :


Pierre-Andre-Taguieff.jpgPierre-André Taguieff

Israël et la question juive

 

Présentation en ligne

 

 

Une critique de ce livre à suivre prochainement sur ce blog.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format