Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 13:58

 

Par Misha Uzan

Guilat Shalit a été enlevé sur le territoire israélien. Plus de 5 ans plus tard, il a été échangé contre 1027 terroristes. C'était il y a une semaine environ. Un soldat contre 1027 meurtriers ou complices. Une bonne affaire pour le Hamas.

Guilad Shalit était un soldat israélien (Israël connaît encore la conscription). Il était également citoyen franco-israélien. La France n'a pas libéré de meurtriers pour sa libération.

 

Ilan Grapel était un civil, citoyen israélo-américain. Il s'est rendu lui-même sur le territoire égyptien, il voulait soutenir "la révolution", le coup d'Etat populaire qui a eu lieu en Egypte. Il pensait comme d'autres, un peu partout dans le monde, et aussi en Israël (même si moins), qu'il en sortirait quelque chose de bien. Il s'est baladé en Egypte (il a été voir les pyramides), il a posé des questions, il pensait pouvoir s'en servir pour ses études universitaires. Il a été arrêté par le pouvoir qui a succédé à celui dont il souhaitait la chute, pour des raisons grotesques. On l'a accusé d'être un agent du Mossad. C'était juste un irresponsable un peu bohême qui publiait ses photos d'Egypte sur Facebook. Il devrait rentrer chez lui le 27 octobre, contre 25 prisonniers égyptiens, des "prisonniers politiques" selon l'agence officielle égyptienne. Il faut donc comprendre des terroristes.

Ilan Grapel était citoyen israélo-américain. Les Etats-Unis ne libèrent pas de prisonniers pour sa libération.

Reste une différence essentielle entre Shalit et Grapel.

Shalit a été capturé depuis le territoire israélien, Grapel a été arrêté en Egypte. En apparence le cas Shalit est plus grave, en réalité le cas Grapel peut avoir plus de conséquences.

Un prédicateur saoudien a promis cent mille dollars à qui capturera un soldat israélien. Le Hamas et le Hezbollah en connaissent les bienfaits. Mais il faudra pour cela venir les chercher, en Israël. Capturer un Grapel en revanche est chose plus aisée. Il y en a plein qui se baladent pour découvrir les pyramides, les hôtels du Sinaï ou Petra, en Jordanie. Les Etats voyous savent donc ce qu'ils ont à faire. Israël paiera.

Le tourisme dans les Etats voyous ou dans n'importe quelle dictature n'est pas anodin. Il coûte cher aux Etats des ressortissants arrêtés. Il rapporte aux dictatures.

Israël, plus faible, paie plus cher. Mais d'autres Etats paient aussi, autrement.

Malgré cela, beaucoup d'Israéliens et d'occidentaux continuent de se balader à travers le monde, peu leur importe les régimes en place, peu leur importe les risques. C'est tellement folklorique!

Et nous, nous payons, tout de suite en argent ou en affaires, ou plus tard, en vies. 

N.B. :

Un dernier mot.

Sur RFI par exemple, on qualifie les derniers accords passés avec l'Egypte de "réchauffement des relations entre Israël et l'Egypte".

Depuis la chute de Moubarak, il y a eu plusieurs attaques contre le pipeline de gaz qui fournit Israël, les livraisons n'ont pas reprises et l'Etat hébreu risque une pénurie de gaz. En septembre, l'ambassade israélienne au Caire a été attaquée par la foule. En août, six terroristes ont commis un attentat en Israël. Ils sont entrés par le Sinaï, en Egypte. Certains portaient des uniformes égyptiens. Dans la fusillade qui a suivi la poursuite, six policiers égyptiens ont été tués, c'est Israël qui s'est excusé, pas l'Egypte. Grapel n'était pas un agent du Mossad. Qui plus est il a soutenu le renversement de Moubarak, mais ses remplaçants ne lui sont pas redevables. Ils ne seraient pourtant pas là où ils sont s'ils n'y avaient eu des millions de Grapel pour croire en l'après Moubarak, sans garantie. Malgré tout, il est échangé contre 25 prisonniers égyptiens.

A ce compte-là, l'Egypte ferait bien de drôlement se réchauffer. Un réchauffement comme celui-là, qui n'en voudrait pas!

 

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : 

© Misha Uzan pour www.Dreuz.info et www.mishauzan.com

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Robert Thuillier 26/11/2011 10:09


OK, je le lirai. Mais pas avant une bonne semaine, car je quitte Paris pour 8 jours afin de déménager ma vieille maman.


Crdialement.

Robert Thuillier 24/11/2011 04:45


Depuis le début de mes commentaires sur votre article ci-dessus, j'ai commencé à prendre connaissance de votre blog et à me faire une petite idée de qui vous êtes. Hélas, je n'ai pas moi-même de
blog pour rendre cet échange plus symétrique.


Vous avez sans doute raison sur l'inutilité d'élargir le débat au-delà du cas de Salah Hamouri. Sur aucun point, nous ne parvenons à un terrain de valeurs communes à partir duquel celui-ci
pourrait devenir constructif. D'autant que vous ne voyez même pas le rapport entre les éléments historiques sur lesquels j'attire votre attention et ceux sur lesquels vous vous appuyez, même
quand ce lien m'apparaît évident.


Remarquez cependant que, s'agissant des collectes de fonds par Golda Meïr aux Etats Unis en 1947 et des accords avec l'URSS de décembre 1947 - janvier 1948, ce sont des événements qui ont précédé
de plusieurs mois la déclaration d'indépendance, et qui ne pouvaient donc pas relever de "la politique étrangère d'Israël".


Il 'agissait d'actes d'une organisation non étatique (l'Agence juive), à l'instar de celles de l'AP dont vous contestez la légitimité. J'ai le sentiment d'un "deux poids, deux mesures" qui
m'apparaît intellectuellement contestable.


D'autant que, si je vous suivais dans cette logique, alors toutes les actions de la Haganah durant la période dite de "guerre civile" contre les milices et les populations palestiniennes, de
novembre 1947 au 15 mai 1948, devraient être attribuées à la politique intérieure d'Israël.  Est-ce bien dans cette perspective que vous vous placez ?


Cordialement

MU 24/11/2011 12:42



Non pas du tout. J'ai du mal vous comprendre.


On s'emmêle totalement les pinceaux c'est ça qui est lourd dans ce genre de discussions. C'est pour ça qu'elle ne sert à rien. 


Lorsque vous parlez d'un mouvement d'indépendance qui cherche à lever des fonds ou avoir des soutiens, très bien, on est dans une autre perspective que celle du début de notre discussion. J'ai
compris maintenant où vous vouliez en venir... à l'AP.


Concernant celle-ci, c'est justement en faisant une équivalence entre le mouvement hébreu et le mouvement arabe palestiniste que vous faîtes du deux poids deux mesures. Et c'est justement ce qu'a
voulu et réussi l'OLP, la preuve. Se coller au sionisme, faire comme si il y avait une équivalence. Comme si c'était un mouvement nationaliste à part entière. Et légitime. Justement non. Mais
elle fait comme si, parce qu'elle a compris qu'ainsi, Israël est mis en position de coupable, de responsable, de bourreau d'une population, d'un peuple. Or tout cela est faux, mensonger,
manipulateur, mais très bien construit. Je m'aprête à lire un livre qui vient de sortir là-dessus, j'en parelrai probablement en article. Je ne peux pas refaire toute l'histoire et toute la
géopolitique du monde avec vous, ni vous expliquer entièrement mes théories personnelles, qui diffèrent d'ailleurs de toutes celles que je connais, sans vouloir me vanter.


C'est complexe à vous expliquer, c'est bien là toute la difficulté et l'OLP a joué sur cette complexité, à travers deux élements : une guerre sémantique, et une guerre démographique. Le
terrorisme à côté, n'est qu'un moyen, pas un but, la diplomatie est un autre moyen. Très franchement si je commençais à entrer dans la démonstration, on ne s'en sortirait pas. Je peux à la limite
vous inviter à lire mon article sur les intellectuels français et Israël, issu de mon mémoire de Master.


A bientôt donc.


Cordialement.



Robert Thuillier 21/11/2011 01:20


Eh, je vous croyais intéressé par l'Histoire... et vous m'écrivez :


"Le mouvement sioniste s'est battu contre la GB pour son pays, il n'a pas été cherché des noises à l'autre bout du monde. Là c'est ce que vous faîtes."


Golda Meir n'a pas fait une tournée aux Etats Unis en 1947 pour récolter des fonds ? Il n'y a pas eu d'accords entre l'Agence juive et l'URSS, élaborés en décembre 1947 - janvier 1948, pour des
livraisons massives d'armes tchécoslovaques ? La campagne médiatique pour la création d'un Etat pour les juifs en Palestine n'a-t-elle pas couvert la totalité du monde occidental ? Israël
n'a-t-il pas signé des accords à Lausanne en 1949 pour obtenir son adhésion à l'ONU ? Tout cela n'a concerné que votre petit bout de l'autre monde ?


Pour un européen, Israël n'est pas du tout "l'autre bout du monde", c'est un voisin, un partenaire privilégié de l'Union Européenne, à travers des accords qui stipulent qu'Israël respecte les
droits de l'homme et la légalité internationale, donc les Conventions de Genève. Des négociations sont en cours pour resserrer ces liens de manière telle qu'Israël ait quasiment tous les
avantages des Etats membres sans avoir aucune de leurs obligations, telle la Charte.


Si la situation en Judée s'apparente à une guerre, alors Israël détient 6000 prisonniers de guerre, qui n'ont pourtant aucun des droits afférents à ce statut. C'est comme cela que la France a
procédé en Algérie, et ce n'est pas un exemple à suivre.


Les palestiniens se battent contre Israël pour avoir droit à un petit bout de leur pays et, pour cela, ils sollicitent le soutien de l'opinion mondiale comme Israël recherche le même soutien pour
le leur refuser. Est-ce pour rien que se crée acuellement la première chaîne de télévision multilingue "par des juifs pour les juifs", dont le but affirmé est de soutenir la politique israélienne
?

MU 21/11/2011 06:56



Quel rapport?


Cette discussion ne mène nulle part! Les exemples que vous citez sur Gold Méir ou l'URSS sont directement liés à la politique étrangère d'Israël, nous ne parlons pas de la même chose.


Là je vous parle d'un citoyen français (vous) qui s'insère dans les affaires juridiques d'un Etat ami sans en connaître les détails, et à prendre des conclusions hâtives. C'est votre démarche qui
est prétentieuse (dès que j'aurai plus de détails, je vous en ferai part). Personnellement je n'ai pas la prétention de juger à la place des juges français. (c'est un peu pour faire vite comme
lorsque la Cour pénale internationale a voulu juger Sharon, ou Blair, ou lorsque les Britanniques veulent passer en jugement Tsipi Livni ou Barak, c'est un peu grotesque).


Pour le reste inutile de rentrer dans un débat sur le conflit qi ne mènerait à rien. Sur les conventions de genève, sur l'Algérie, ou sur le "petit bout de leur pays" (je me demande bien de quel
pays vous parlez, et de quel bout?; je me demande aussi de qui vous parlez étant donné que le terme que vous employez est ou bien impropre scientifiquement, ou bien propagandiste -je vous renvoie
là-dessus à mon article académique Israël et les intellectuels français).


Je vous donnerai simplement mon avis sur un point : les droits de l'homme sont une chose, ce que vous appelez "la légalité internationale, donc les Conventions de Genève" sont une autre chose,
bien moins respectables à mon sens. Mais j'imagine que nous n'avons pas la même vision du monde, ni de l'Europe, ni du reste.


De même pour les prisonniers, c'est moi qui compare la situation à une guerre, mais pas au sens classique. Il ne s'agit pas d'une guerre classique. A vrai dire il n'y a plus
beaucoup de guerres qui sont classiques aujourd'hui. C'est entre autres pourquoi, c'est mon avis, la plupart des conventions de Genève sont désuettes et même dangereuses pour les pays
occidentaux.


Je voudrais terminer cette discussion, non pas parce qu'elle ne m'intéresse pas, j'imagine que vous êtes charmant, éduqué et intelligent, mais parce qu'elle ne mène nulle part et me prend du
temps que je n'ai pas. Je ne peux pas vous expliquer personnellement ma vision du monde et vous la vôtre. Mais j'ai un peu créé mon blog pour cela. Vous pouvez le lire, et si vous en avez un,
vous pouvez me transmettre l'adresse du vôtre.


Cordialement.



MU 18/11/2011 11:15


En relisant votre dernier commentaire, je m'aperçois qu'il y a des sous-entendus que je n'avais pas vu tout de suite.


Le mouvement sioniste s'est battu contre la GB pour son pays, il n'a pas été cherché des noises à l'autre bout du monde. Là c'est ce que vous faîtes.


Par ailleurs qu'on soit vigilant en démocratie y compris c'est bien, mais en respectant une certaine démarche. Dans votre cas, vous faites comme si IsraËl était comme le hamas, et qu'il n'y avait
pas eu de jugement. Si le jugement vous déplaît, vous pouvez faire appel, puis aller devant la Cour suprême. Si malgré tout cela vous trouvez qu'il y a eu des choses cachées ou laissées de côté,
vous pouvez faire un recours via la presse ou des personnalités qui auront intérêt à y passer du temps, les moyens ne manquent pas. C'est ça les recours démocratiques. Faire de la propagande à
l'étranger en faisait passer Israël pour qch de pas très clait, n'est pas une démarche démocratique.


Pour votre gars, il manque pas mal de données que vous ne connaissez certainement pas. Avec ce que j'ai lu, il y a déjà un gros doute qui pèse. C'est aux juges de voir le reste.

Robert Thuillier 17/11/2011 20:32



Une fois de plus, vous affirmez : "vous souffrez d'une partialité qui, a priori, pense que le jugement est partial. Je le répète : pour quelles raisons ?".


Je vous ai donné d'amples informations sur ce point, en particulier la "lecture" faite par Jean-Claude Lefort de l'acte d'accusation et du jugement, mais aussi en répondant à vos présupposés
comme quoi Salah Hamouri était membre du PFLP, donc 'a priori' condamnable en droit israélien, alors que cette appartenance n'était nullement prouvée malgré trois années d'enquête avant son
procès.


Pourquoi n'est-ce pas suffisant ?


Grâce à "michel bruston", que je remercie ici, vous avez reçu un document du CICR qui confirme la durée officielle de la peine infligée lors du jugement. Il est clair que l'administration
pénitentiaire (et non pas la justice) a décidé de modifier la durée de la peine de Salah Hamouri, tout en prétendant qu'elle suivait scrupuleusement la durée fixée par le jugement initial, et non
pas en revendiquant un droit à allonger cette peine rétroactivement dans certains cas.


Vous ne pouvez pas vous retrancher derrière une quelconque ignorance des spécificités du droit militaire en Judée. C'est vous qui avez mis en avant le caractère exemplaire de la démocatie et de
la justice israéliennes, y compris de la justice militaire en situation de "guerre".


En France, la loi sur les peines de sûteté n'a pas pu être appliquée aux détenus déjà définitivement condamnés, malré le souhait u gouvernement, parce qu'aucune loi ne peut avoir d'effet
rétrocactif si elle durcit le droit (par contre un assouplisement s'applique aussitôt).


 


Por le reste, je vous tiendrai au courant. Le cas Zemmour ne mérite aucun commentaire. Mais connaissez-vous le cas des "terrorites de Tarnac" ? Après des années d'enquête à charge, c'est à
présent le PV de filature des policiers qui s'avère un faux ! Oui, même en France, le fonctionement de la police et des juges anti-terroristes doivent être surveillés. La démocratie n'est jamais
un acquis incontestable dans lequel on pourrait avoir confiance.


Le mouvement sioniste, de 1945 à 1948, ne s'est-il pas battu contre un pays démocratique, la Grande Bretagne ?


A bientôt.



MU 17/11/2011 21:11



Nous tombons d'accord cette fois. Cela peut arriver partout. En Israël, en France ou ailleurs, la GB est un très bon exemple en effet. Ceci étant, c'est bien de faire attention dans les
démocraties, c'est encore mieux de dénoncer les dictatures (choses qu'on oublie trop souvent dans le débat en France).


Je vous dis donc que vos documents mettent en avant des choses (que très franchement je n'ai pas compris), mais si abus il y a, ou bavure, il faudrait vous reporter vers les recours existants.
C'est là qu'une démocratie fait la différence, l'erreur est humaine, l'imperfection aussi, mais tenter de les corriger c'est mieux.


Quant à la question sur l'assouplissement et ou le durcissement rétroactif, personnellement je trouve que ce n'est pas normal de ne pas pouvoir durcir rétroactivement mais de pouvoir adoucir.
C'est une preuves de plus que nos démocraties (Israël comme la France) sont faibles et favorisent ceux qui outrepassent la loi. C'est une opinion.


Pour Zemmour là encore, je ne suis pas d'accord, si ça mérite des commentaires. On condamne une personne pour oser parler franchement et refuser de se voiler la face, c'est scandaleux.


Cordialement.



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format