Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 09:50

 

Publié sur le site http://un-echo-israel.net le 10 février 2011

 

Par Misha Uzan (http://mishauzan.over-blog.com)

 

Maurice Ben Eter était un juge israélien de 55 ans. Dévoué à son travail, il en est mort, il s’est suicidé. Trop de pression, trop de travail, trop de stress, trop de dossiers à finir. Il a laissé derrière lui sa famille, ses amis, et une lettre d’explication de son geste. Débordé par les dossiers toujours plus nombreux, ne tenant plus la cadence, il n’a pas supporté qu’une partie de ses affaires lui soient retirée après une discussion houleuse avec le directeur du tribunal Ha Shalom de Jérusalem où il siégeait. Son cas n’est que le symbole le plus extrême de ce qui dure depuis plusieurs années : le manque de juges, l’afflux de dossiers, la pression constante.

 

Tribunal-copie-1.jpgCette affaire nous mène à comparer deux situations incomparables dans deux pays entièrement différents : Israël et la France. Le suicide de Maurice Ben Etter, diplômé de la faculté de droit de l’Université hébraïque de Jérusalem depuis 1981 et juge permanent du Tribunal Ha Shalom de Jérusalem, intervient au moment même où un nombre non négligeable de magistrats français sont en grève suite à leur opposition au discours du chef de l’Etat. C’est en France une controverse politique, le reproche fait par Nicolas Sarkozy aux magistrats, d’avoir commis des négligences ayant conduit à la récidive d’un délinquant sexuel, qui a déclenché la crise. Il ne nous appartient pas d’intervenir dans les discussions récurrentes qui entourent le pouvoir judiciaire, et ses rapports avec l’exécutif, dans les questions de récidive. On constate en revanche un nouveau mouvement social en France, tandis qu’en Israël l’individualisme économico-social laisse derrière lui une nouvelle victime, seule, sans soutien, et les dénonciations viennent après la bataille … qui n’a pas eu lieu.

 

Selon le directeur du tribunal Moshe Gal, le « système judiciaire israélien compte parmi les plus surchargés du monde, et il y a un prix à cela » (Source : Israël Hayom). Le nombre de magistrats en Israël ne consisterait qu’en la moitié de ce qu’il devrait être. Malgré un emploi a priori attrayant, un travail de longue durée, stable, un relatif bon salaire, une bonne retraite et un certain respect sur le plan social, nombre de magistrats quittent la fonction plus vite que prévu, ne supportant pas la pression et le surplus de travail. La comparaison du nombre de dossiers relativement au nombre de magistrats, selon une étude de 2009, placerait Israël en triste troisième place des pays les plus surchargés, sur 17 Etats occidentaux. Alors que le nombre de dossiers est en moyenne de 1185 dossiers par juge dans ces pays, il est de 2335 en Israël.

 

Ce triste constat dans la magistrature pourrait également, et malheureusement, être étendu à de nombreuses fonctions, à de nombreux domaines, à de nombreux emplois en Israël. Le droit social étant relativement faible, le libéralisme économique triomphant, les conditions de travail souvent difficiles, pour de piètres salaires. Les critiques de l’OCDE l’ont montré : trop d’inégalités persistent en Israël, la vie est dure et elle conduit parfois à de tristes événements.

Un observateur social israélien sur la deuxième chaîne de télévision, reprochait hier au public son égoïsme social, chacun pensant à son petit monde, retranché des questions sociales. C’est un phénomène général, particulièrement dans le monde occidental moderne et qui découle notamment de la chute des idéologies. On a parfois l’impression en Israël qu’on est trop occupé à s’occuper de ses propres problèmes, pour avoir le temps de s’occuper de ceux des autres. Un triste pessimisme qu’il faut d’urgence renverser.

 

Retrouvez tous les articles de l’auteur sur son blog : http://mishauzan.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gaby F 10/02/2011 17:40



IL EST EN EFFET URGENT D AGIR...



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format