Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 10:53

Publié sur le site http://un-echo-israel.net le 6 juin 2011

 

Par Misha Uzan

 

ecole.jpgLes enseignants du secondaire en Israël sont-ils sauvés ?  On le sait le métier n’a pas bonne réputation dans le pays. Contrairement à la France où l’enseignant dispose d’une certaine sécurité de salaire pour des horaires plutôt confortables, enseigner dans le secondaire en Israël est considéré comme très mal payé. On le sait l’enseignement est un métier particulier. L’enseignant donne ses cours mais aussi les prépare, corrige les copies, rencontre les parents, participe aux conseils de classe, etc. Difficile donc de compter exactement ses heures. Impossible de pointer le matin et le soir comme d’autres fonctionnaires de l’Etat.

 

Jusqu’à présent les enseignants israéliens du secondaire étaient payés sur la base de 24 heures de travail par semaine. Financièrement parlant, leur salaire équivalait à un travail à mi-temps. Leur temps de travail réel en revanche, se rapprochait plus du plein temps. La nouvelle réforme signée le 29 mai 2011 entre les représentants des enseignants et le gouvernement Netanyahou fait donc passer le temps de travail d’un enseignant à 40 heures par semaine (sachant qu’un plein temps en Israël correspond à 45 heures de travail hebdomadaire). Parmi ces seize heures supplémentaires sont comptées des heures d’instruction, des heures réservées aux rencontres avec les parents, aux réunions, aux compléments et des heures supplémentaires réservées aux corrections d’examens et à la vérification du travail des élèves. Les enseignants toucheront donc une augmentation de 42% sur leur salaire en plus des 7% déjà attribués à toute la profession et des 2% d’ancienneté. Par ailleurs des primes annuelles seront accordées à la moitié des enseignants pour excellence selon des critères de notation très précis. 20% toucheront 3600 shekels de prime (environ 720€), 10% 4800 shekels (environ 960€), 10% 5600 shekels (environ 1120€) et 10% toucheront 8000 shekels de prime (environ 1600€). Des considérations cumulant donc l’ancienneté, l’âge et la qualité de l’enseignant, que saluent Ran Erez, le directeur de l’Organisation des enseignants du secondaire. Estimée à 3 milliards de Shekels, la réforme entrera en vigueur dès septembre 2011dans une cinquantaine d’écoles et s’appliquera à tous les enseignants avant l’année 2012. Benyamin Netanyahou, Guidon-Saar.jpgGuidon-Saar le ministre de l’éducation et Yuval-Steinitz.jpgYuval Steinitz le ministre des finances se réjouissent de cet accord qui permettra selon eux, de doter le pays d’un meilleur enseignement et donc d’une meilleure éducation de base. Dans la foulée le député Alex Miller d’Israël Beitenou a obtenu également le soutien du conseil des ministres pour une reconnaissance de l’ancienneté des enseignants immigrants au sein de la réforme votée.

 

On note donc une progression certaine dans le statut d’enseignant du secondaire en Israël. Ceci étant, la critique est partagée. Tandis que les uns estiment avoir obtenu ce dont ils avaient besoin, c’est-à-dire une reconnaissance officielle et salariale des heures de travail qui ne se limitent pas à de l’enseignement pur, d’autres en revanche critiquent le fait qu’aucune véritable augmentation n’ait été obtenue, puisque l’accord en somme, ne fait que reconnaître des heures travaillées de toute façon. L’enseignement obtient donc une meilleure reconnaissance mais il n’atteint pas encore le statut que lui confèrent certains systèmes européens. A ceci s’ajoute une autre question épineuse qui reste en suspens, celle de l’éducation elle-même en Israël ? Les réformes apportées dans les rémunérations des enseignants et les plages horaires réservées au soutien, aux réunions et aux rencontres sont importantes, mais elles ne suffiront pas à elles seules à résoudre par exemple les questions de violence dans certains milieux ou la division du programme scolaire en quatre secteurs : laïc, religieux national, haredi et arabe. Une question qui à l’évidence, n’incite pas à la cohésion nationale. Un autre sujet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luc le marcheur du ciel 07/06/2011 00:37



Effectivement la fin de l'article mériterait des développements. Quoiqu'il en soit cette augmentation ets signe de bonne santé de l'économie israélienne et des finances publiques!



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format