Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 17:42

 

Par Misha Uzan

 

Publié sur le site http://un-echo-israel.net le 18 décembre 2010.

 

 

Tentes-de-Beth-Nehemia.jpgIl fut un temps sans aucun doute, à ses débuts, où le peuple d’Israël était nomade, habitant la forme de bâtiment qui l’accompagne : la tente. Abel dans la Bible fut le premier bédouin, même condamné à l’être ; quant aux patriarches, en leur temps ils vécurent eux aussi dans une tente. Mais dans une perspective de compréhension des grandes tendances générales de l’histoire longue, on peut lire aussi dans l’histoire d’Israël, dans la volonté de s’installer en terre promise, dans celle de se construire et d’ériger son histoire sur un territoire déterminé, dans un pays donné, non seulement l’acte de solidification du peuple hébreu mais aussi un ancrage dans la sédentarisation (malgré l’exil et l’image du juif errant qui surviennent plus tard au moyen-âge). Car depuis les temps de nomadisme entre la Mésopotamie, l’Egypte pharaonique et Eretz Israël, la sédentarisation et les villes fortifiées ont bel et bien fait leur chemin. Ainsi du peuple d’Israël aux royaumes d’Israël et de Juda et jusqu’à l’Etat d’Israël moderne, le mode de vie généralement précaire et peu confortable des nomades et des tentes a laissé la place à la sédentarisation, aux bâtiments en pierre, en béton et en ciment, jusqu’aux grandes tours de luxe ultramodernes de Jérusalem, Haïfa ou Tel Aviv.

 

Tentes-de-Beth-Ne-hemia.jpgPour autant dans un élan qu’on appellerait aujourd’hui exotique, alternatif ou simplement divertissant, la culture de la tente se maintient. Sous des formes diversifiées et nouvelles. On connaît bien sûr les tentes des bédouins du Néguev. A l’occasion certains complexes proposent aux touristes locaux et internationaux de s’adonner au mode de vie bédouin pour quelques jours : dormir dans une grande tente, manger à même le sol, et sans couverts, tous dans le même grand plat. Une expérience. Ailleurs d’autres formes originales d’habitats temporaires forment villages, implantations, kibboutzim, Moshavim. A 20 kilomètres au sud de Haïfa, le village de vacances de la plage Dor (la plage Génération), les vacanciers sont invités à dormir dans des igloos. En matériaux de tentes ou en pierre, les zimmerim (les chambres) sont construites arrondies, imitant les habitations mystérieuses des Esquimaux du pôle nord. Ici ou là des œuvres originales tentent de donner un peu de goût et de confort à la vie des gens. S’ajoutent à cela un ensemble de sous-cultures — le camping, la randonnée (très populaire en Israël), la sanctification de la terre ou la volonté de la connaître en la parcourant d’un bout à l’autre, ainsi que l’armée au sein de laquelle toute formation comprend une période en territoire vierge de construction —, tout un ensemble de croyances, de modes de vie, d’exercices ou simplement de divertissements qui placent la tente au cœur de leur fonctionnement.

 

 

C’est sur ce modèle que certains habitants en Israël ont envisagé de construire des tentes modernes permanentes. Dans la petite campagne israélienne, à Beth Nehemia un moshav à six kilomètres à l’est de l’aéroport Ben Gourion, la tente fait partie du décor. Bien que l’ensemble du moshav soit encore constitué en majorité de maisons de béton, des tentes professionnelles, spacieuses, confortables ont fait leur apparition. A la fois moderne et écologique, la construction des tentes est assurée par une société israélienne qui prône le développement de ce type d’habitat. De petite surface lorsque vue de l’extérieur, à l’intérieur on s’y sent à l’aise et aussitôt détendu. Trois tentes ont déjà vu le jour à Beth Nehemia, en location actuellement, elles ont coûté environ 170 000 Shekels (un peu plus de 30 000€) à leur propriétaire. Un prix tout à fait alléchant si on le compare à celui des appartements dans la plupart des villes de la région.

 

 

Givat YoavDans la même lignée c’est tout un village de tentes inspirées des lointaines contrées mongoles qui se crée depuis 2007 à Givat Yoav en Galilée sous l’instigation de la famille Tzafrir. Depuis les efforts de Sarah Tzafrir pour créer la première tente, le village est aujourd’hui composé de cinq tentes équipées d’air conditionné et de chauffage, quatre tentes pouvant contenir jusqu’à 10 personnes et une de six personnes. Bien que douches et toilettes soient situées dans un compartiment à l’extérieur de la tente, certains visiteurs n’ont pas hésité à parler de ‘Hilton des tentes’ ou de ‘Home away home’, c’est-à-dire de maison loin de la maison pour décrire leur confort. A noter que contrairement à Beth Nehemia où les tentes accueillent des locataires permanents, le village mongole de Givat Yoav est destiné au tourisme et aux visiteurs venus passer quelques jours. A l’est du lac de Tibériade et à l’entrée du Golan, Givat Yoav est, comme Hof Dor, une destination originale pour visiter la région. Vous n’avez plus qu’à faire votre choix parmi ces destinations et d’autres où vous trouverez des habitations et des idées toujours plus originales.

 

Quelques sites de repères :

 

http://hometent.co.il/

http://www.gkhan.co.il/

http://tent.co.il/

http://www.havilotnofesh.co.il/hofdor/

 

Merci aux habitants de Beth Nehemia et de Givat Yoav pour leurs informations précises.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pichenette 24/01/2011 00:43



Pour moi, la tente, c'est spartiate et souvenirs d'enfance. Là, cela semble luxueux, spacieux et ... dépaysant!



Claude S 20/12/2010 15:58



Quelle chance pour les francophones, de trouver un tel blog !!! des infos originales qui nous sortent des "sentiers battus" des jounaux qui nous informent sur Israel.


Merci  à MU


Claude S. (région parisienne)



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format