Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 06:08

Article diffusé le 21 juillet 2011 sur ce blog et adapté d'un article de Giulio Meotti dans le journal israélien Yediot Aharonot publié le 20 juillet. Nous le rediffusons à l'occasion de l'entrée de "l'Autorité palestinienne" à l'Unesco, afin de comprendre ce qu'est l'UNESCO.

 

 

L’Unesco contre Israël

UNESCOL’organe culturel de l’ONU, l’UNESCO (Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture), semble s’engager dans une inquisition anti-israélienne. Elle a récemment adopté une décision appelant Israël à cesser immédiatement toutes les recherches archéologiques de la vieille ville de Jérusalem. L’UNESCO s’en est pris directement à la rénovation du pont des Maghrébins du mur occidental de l’ancien temple de Jérusalem. Promue par des Etats arabes, la décision a été adoptée avec le consensus des membres occidentaux de la commission.

 

Selon un article publié dans le Yediot Aharonot par Giulio Meotti, un journaliste du journal Il Foglio, et l’auteur du livre Une nouvelle Shoah : l’histoire oubliée des victimes israéliennes du terrorisme, l’UNESCO donne son blanc seing à la campagne de délégitimation d’Israël.

 

Meotti rappelle les nombreuses attaques et votes anti-israéliens à l’UNESCO. En 2009, l’UNESCO a désigné Jérusalem ‘’capitale de la culture arabe’’, protestant contre ce qui y est appelé ‘’l’occupation israélienne de la ville sainte’’. Plus encore l’UNESCO a réduit le lien des Juifs à l’histoire du Moyen-Orient à quasi-rien, si ce n’est le bref séjour de ‘’colonisateurs arrogants’’. L’UNESCO s’en est pris à la cité de David et aux tombes des patriarches à Hébron, faisant de ces dernières des ‘’mosquées musulmanes’’ sans rappeler leur lien à l’histoire juive, condamnant Israël pour ‘’la destruction et les dommages causés à l’héritage culturel des territoires palestiniens’’, sans jamais condamner les actes de vandalisme de musulmans sur la tombe de Joseph, ou sans mentionner les tombes de grands personnages de l’histoire biblique et juive.

Ces dernières années, l’UNESCO a également augmenté sa collaboration avec l’ISESCO, raconte Meotti, l’organe culturel de l’OCI (l’Organisation de la Conférence islamique). Selon celle-ci, le temple juif n’est qu’une fiction et les monuments juifs sont des ‘’trésors islamiques volés par les sionistes’’, les archéologues israéliens étant ‘’des criminels agissant contre les Musulmans’’.

La dernière note en date, indique Meotti, fut de faire de Maïmonide un musulman appelé ‘’Moussa ben Maimon’’. Le penseur juif a donc été forcé de se convertir à l’islam plusieurs siècles après sa mort par les historiens révisionnistes de l’UNESCO.

 

 

Source : Yediot Aharonot

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Michel Bruston 12/11/2011 21:07



J'ai cru comprendre que, selon vous, la présence israélienne sur le plateau du Golan durant 44 ans (depuis 1967) alors que celui-ci n'avait été syren que durant 19 ans (de 1948 à 1967), donnait
davantage de droits à Israël qu'à la Syrie sur ce territoire. Ainsi la frontière inernationalement reconnue, entre l'Israël d'avant le 5 juin 1967 et la Syrie, n'a pas à figurer obligatoirement
sur les cartes des manuels scolaires.


Selon les historiens, le dernier en date des états israéliens avant l'actuel, fut celui fondé par Simon, frère de Judas dit "Macchabée", et dirigé par la dynastie des Hasmonéens de -140  à
-67 (conquête romaine). Ensuite, le territoire situé entre Méditerranée et Jourdain n'a pas été sous souveraineté israélienne durant 1981 ans (jusqu'en 1948). Il est resté sous souveraineté arabe
puis ottomane du VIIIème siècle à 1918, à part de brèves périodes où certaines parties ont été dirigées par des chrétiens.


Comment un tel territoire pourrait-il être davantage israélien ou juif qu'arabe ou musulman ?


 


Il est facile de dénoncer l'UNESCO pour quelques dérapages inadmissibles, mais si les USA n'avaient pas pratiqué déjà la politique de la chaise vide durant des dizaines d'années (sous prétexte de
"mauvaise gestion"), cela ne se serait peut-être pas produit.


Et quand l'UNESCO protège la stabilité de l'esplanade des mosquées à Jérusalem contre des recherches archéologiques risquées menées par des israéliens, elle est dans son rôle.


Tout le monde sait que les archéologues israéliens ne s'intéresent qu'à la période "antique", avant l'an 130, et qu'il sont prêts pour cela à saccager les couches et les traces plus récentes,
quelle qu'en soit la richesse.  C'est cela qui est scandaleux.


 



MU 12/11/2011 23:19



Il n'y a pas de frontière du 5 juin 67, c'est une ligne de cessez-le-feu.


Pour la Syrie, les 19 ans syriens du Golan permettent de relativiser le terme "d'occupation".


Le fait de le posséder plus longtemps ne donne pas plus de droits à Israël en soi, j'essayais juste de montrer que les choses peuvent se relativiser en fonction de comment on les regarde. A vrai
dire selon moi le Golan est israélien par circonstances, comme il était syrien. C'est surtout un enjeu stratégique militairement, s'il y avait une réelle paix à long terme, on pourrait en parler
tout à fait autrement, pour des tas de peuples, pas seulement les Israéliens ou les Syriens actuels.


Sinon il y a eu une longue souveraineté arabe sur la région en effet, et pas que sur elle, ça ne la légitime pas pour autant. Pour des raisons trop longues à vous expliquer, on pourrait parler de
nombreux pays. Il faut que les arabistes (soutiens des idéologies nationales arabes) remettent un peu en cause leur expansionnisme sans fin. Ils ne peuvent pas tout avoir, ils ont déjà
énormément, et beaucoup trop. On ne va pas refaire le débat.


Ah, enfin. Epargnez-moi votre morale sur la chaise vide américaine. L'Unesco, comme l'ONU, fait le contraire de ce pour quoi elle a été créée, ça n'est pas de la faute des Américains que je
sache. Je me demande encore pourquoi ils y ont encore un ambassadeur. A l'ONU aussi. Les Américains sont des faibles eux aussi, encore plus avec Obama, qui les "européanise".


Reste votre "Tout le monde sait que les archéologues israéliens ne s'intéresent qu'à la période "antique", avant l'an 130,
et qu'il sont prêts pour cela à saccager les couches et les traces plus récentes, quelle qu'en soit la richesse.  C'est cela qui est scandaleux."


Ah bon? Mais vous croyez trop ce qu'on vous dit Michel. Les archéologues israéliens sont des chercheurs qui ont une éthique,
ils ne cherchent pas à saccager quoique ce soit, et Israël redouble de soins pour ne froisser personne, pour éviter les risques. On ne peut pas autant en dire de l'autre camp, ni de l'Unesco et
de ces multiples salades scandaleuses sur Jérusalem.Combien de fois des recherches ont été arrêtées tupidement, à
cause de pressions musulmanes, pour des prétextes ridicules. 


Et votre "l'UNESCO protège la stabilité de
l'esplanade des mosquées à Jérusalem" m'a fait bien rire. Et dire qu'il s'agit aussi du mont du temple, le lieu le plus saint du judaïsme, où le vilain Etat d'Israël n'accorde même pas le droit à
un juif d'y prier, pour ne pas facher les musulmans. C'est contre ça que vous deviez protester. Au lieu de défendre ceux qui vous disent "only muslims" à l'entrée. 


Je crois que cette fois vous avez parfaitement démontré votre hostilité de principe envers Israël, totalement injustifiée.
Les lieux saints de Jérusalem sont plus "stables", libres et protégés sous souveraineté israélienne que sous n'importe quel régime précédent. Et pourtant ce n'est pas facile à gérer. 


Je ne vous blâme même pas, mais essayez de penser un peu à ce que les Israéliens devraient dire lorsque leur
propre Etat prend des gants pour les autres, alors qu'il leur interdit de faire des choses auxquels ils pourraient aspirer.


Je crois qu'il est préférable que nous arrêtions là notre conversation.


Bien à vous.



Renée 01/11/2011 15:33



Edifiant cet article...Bises amicales



L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format