Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 23:45

 

Bret Easton Ellis, Les lois de l’attraction, Paris : Domaine étranger 10/18, janvier 2008 (nouvelle édition), [1e édition en 1987], [1e édition en français, juin 1990], traduit de l’américain par Brice Matthieussent

 

  Bret Easton Ellis. Les lois de l'attraction

 

C’est bien de l’Américain et non pas de l’Anglais qu’est traduit ce livre. Et bien que mon anglais ne soit pas mauvais, je ne suis pas sûr que j’y aurais compris grand-chose en le lisant dans sa langue d’origine. Car c’est une véritable langue de jeunes, que dis-je de « jeun’s », qu’on lit ici. La langue de jeunes universitaires d’un campus fictif d’art et de lettres du New Hampshire en 1985.

 

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Bret Easton Ellis est l’auteur de Moins que zéro et d’American psycho. La plupart de ces livres, voire tous, sont adaptés au cinéma. C’est un auteur au succès international, perçu comme l’auteur de chefs d’œuvre et un écrivain de génie de la littérature contemporaine. Il est né en 1964 à Los Angeles, ce qui signifie qu’il na que 23-24 ans à la sortie de son deuxième livre ici en question.

 

Il est jeune et écrit jeune. Ce livre et ses livres en général, déroutent. C’est, comme souvent, de l’Amérique dite conservatrice, que sort un auteur à l’écriture légère, décrivant une société permissive où le mode hippie — sexe, drogue et rock n’roll— est toujours autant à la mode. A la seule différence que le rock n’roll est remplacé par de la musique des années 80.

 

Disons-le, Les lois de l’attraction peut ne pas plaire à tout le monde. Il peut tout à fait choquer. Il choque. Il choque d’abord par son style, son écriture. C’est un langage jeune parlé. On n’y dit pas « qu’est-ce qui se passe » mais « keskiss passe » ou « kess que tu dis ». On appellerait cela aujourd’hui du langage texto. On ne dit pas « dit-il », mais « il dit ». On ne dit pas « faire l’amour » mais « baiser ». Et on y « baise » énormément.

 

Les amoureux de la belle littérature traditionnelle et du beau parler détesteront. Mais c’est là tout le débat. Car le livre a du ressort, sans aucun doute.

 

Les fans de la musique 80’s aimeront les références à REM, Phil Collins, Peter Gabriel, les Dire Straits, Huey Lewis and the news ou encore les Talking Heads. Je dirais même qu’il faut être un vrai spécialiste de la période aux Etats-Unis pour connaître tous les groupes, les chansons et les films qui y sont référés.

 

Ceux qui apprécieront ce livre, et peut-être tous ceux de Bret Easton Ellis, sont les lycéens et universitaires qui aiment la vie étudiante faite de débauche, de fête et de baise. Excusez du ton ! Et même ceux qui ne la pratiquent pas, qui n’en rêvent pas ou n’y pensent pas vraiment, souriront quand même. Même si l’auteur y va très fort en nous décrivant un campus où la tromperie sexuelle, la drogue (coke, extasie, shit, etc.) et les conneries sont absolument partout. Ils sont la règle.

Tous les jeunes qui n’aiment pas beaucoup lire, s’amuseraient sûrement avec un tel livre.

Car il y a quelques scènes assez tordantes qui leur rappelleraient peut-être des souvenirs.

Celle où Sean Bateman par exemple, l’un des trois personnages principaux, est interrogé par son professeur alors qu’il n’a rien suivi. Questionné sur le sens d’un paragraphe qu’il n’a évidemment pas lu, il cherche, tant bien que mal à se sortir de cette honte en baissant la tête sans rien dire, en se disant que, lassée, la prof finira bien par écouter la réponse de quelqu’un d’autre. Et puis, dans l’embarras, il dit exactement le contraire du sens du texte.

 

Celle où Paul, un homosexuel amoureux de Sean, lui-même bi-sexuel, dîne avec sa mère, Richard son ami d’enfance, et la mère de Richard. Et que Richard, lui aussi homosexuel, s’amuse à humilier les deux femmes en prononçant des insanités et que Paul, lui, se marre.

 

On s’amuse aussi à chaque fois que Sean, à court de réparti, lance un grand « rock n’roll » sans aucun sens.

On rit aussi lorsque Paul se met à courir en voyant Sean, sans comprendre lui-même pourquoi il court.

 

On sourit toute la scène où Sean (à son grand désespoir) suit Lauren dans une réunion de quelques personnes, qu’elle appelle « soirée » et où le snobisme règne, où celui qui n’a pas lu le dernier livre « in » est un plouc et où les débats sont on ne peut plus pédants.

 

On sourit face aux thèmes des soirées. La « soirée du prêt-à-baiser » par exemple que même le lecteur attend presque avec impatience, la soirée en toge, celle où Stuart se rend sans qu’il sache trop pourquoi en sous-vêtement et se lance devant tout le monde dans une petite danse complètement délirée en caleçon.

 

On sourit peut-être devant l’absurdité de certaines répliques un peu érotiques ou carrément pornographiques. On fait de même face à certaines rencontres, comme celle de ce Coréen étudiant en art qui ne peint que des « autoportraits de son pénis ».

 

On s’amuse, on sourit ou bien on est choqué face au vocabulaire employé, puisqu’ « on baise » à tout va, « se tire » des filles et des garçons, « on se pique », « on se came », et j’en passe … et on ne fait que ça !

 

On est encore sous le choc lorsque Lauren, la fille principale du roman, perd sa virginité dès le début du livre, complètement défoncée, avec ce première année, ou peut-être cet autre garçon, ou cet autre … bref elle ne sait plus qui car elle a trop bu et trop fumé, mais elle se souvient qu’ils étaient deux.

 

Voilà un peu le tableau des Lois de l’attraction.

American Pie à côté, c’est du gâteau !

 

 

Enfin Les lois de l’attraction c’est aussi un jeu littéraire. Dans la phraséologie, on l’a dit. Mais aussi dans la présentation. On suit les pensées et les dires de chaque personnage par son propre témoignage. C’est-à-dire que chacun est tour à tour narrateur. On a Sean sur une page, puis Paul sur deux pages, puis Lauren sur trois, puis encore Sean sur deux, puis Paul, puis peut-être Stuart, ou Mitchell, ou Eva, ou Judy, etc. L’auteur réalise même un coup littéraire, une prouesse, une blague peut-être, de l’art sans doute avec un peu d’ironie envers ses lecteurs et ses personnages, en laissant une page où Lauren … ne dit rien. C’est-à-dire qu’il est écrit, Lauren, puis rien. La page reste vide. Le livre commence d’ailleurs par un « et c’est une histoire » sans majuscule ni même sans début, et finit par « et elle », bref, sans réelle fin. C’est presque absurde ou existentialiste, sans aucun sens. C’est tout simplement une littérature contemporaine comme à l’image d’une société contemporaine totalement déstructurée.

 

Sean, Paul et Lauren sont les principaux personnages. Paul tombe amoureux de Sean qui se fiche de lui et le largue pour d’autres hommes et surtout d’autres femmes, dont Lauren, dont il devient accro, même s’il la trompe à deux reprises avec Judy, puis avec une suédoise, puis avec son ancienne copine hippie complètement délurée. Mais Lauren aime Victor, qu’elle trompe pourtant à tout bout de champ car il est parti en Europe où il ne se gêne pas aussi pour coucher. En Europe ou de retour à New York. Là où Sean, imite son père en sortie de famille, en couchant avec ses rencontres de bars.

 

Pour conclure Les lois de l’attraction est un livre déroutant, choquant, mais amusant, original, étrange parfois. On ne sait pas même quoi en penser de temps à autre. C’est peut-être aussi ce que provoque ce genre de littérature. Elle montre un monde fait de tous sens, et qui n’a plus de sens, et au final on n’en comprend plus le sens, s’il y a un sens. Enfin vous avez compris le sens de ce que je veux dire…

Partager cet article

Repost 0
Published by Misha Uzan - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

L'an prochain à Tel Aviv

L'an prochain à Tel Aviv

Mon premier Roman

En vente ici

Format

Recherche

Nuage de tags

L'an prochain à Tel Aviv

Achetez en ligne mon premier roman

Format